top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png

Batman White Knight - Tome 1 à 5





Tome 1 / Tome 2 / Tome 3  / Tome 4 / Tome 5


Tome 1 - White knight


  • Résumé :

Dans un monde où Batman est allé trop loin, le Joker doit sauver Gotham ! Le Joker, ce maniaque, ce tueur, celui que l’on surnomme le Clown Prince du Crime… si Batman, le Chevalier Noir, sombre du côté obscur, pourquoi le Joker ne pourrait-il pas sortir de sa psychose et devenir le Chevalier Blanc ? C’est ce qui arrive après qu’un traitement inédit a guéri le Joker et le fait redevenir Jack Napier : un nouveau candidat à la mairie de Gotham !


  • Critique :

Au détour d'une énième confrontation, le Joker se voit inoculer un étrange traitement qui semble gommer sa pathologie mentale et avec elle, réduire au silence cet alter envahissant. Ressurgit alors des tréfonds, Jack Napier qui, prenant conscience des horreurs faites par son "double maléfique", est bien déterminé à tout faire pour se racheter une conduite et se faire pardonner par le peuple de Gotham. Le voici donc en course pour la Mairie. Initiative très mal encaissée par le Batman qui se voit passer du statut de protecteur de la ville à celui de justicier masqué aux dommages collatéraux aussi gargantuesques que gênants.


Voici donc un titre qui rebat totalement les cartes avec brio et subtilité. Ce n'est pas tant un inversement des rôles de "méchant" et de "gentils", car ce serait réducteur et trompeur. Non il s'agit plutôt d'interroger la rédemption d'un grand Vilain et les méthodes d'un Justicier, de mettre en avant leurs ressemblances et leur complémentarité. Et j'ai adoré. J'ai adoré retrouver un titre à la Harleen, où la psyché humaine et les questionnements sociologiques sont mis au centre du récit. J'ai adoré la profondeur du récit que propose Sean Murphy, bien loin de l'utilisation de l'action à outrance que je reproche souvent aux titres des Big Two. Ici il s'agit vraiment de plonger dans l'âme de Jack Napier et de sa fascination pour Batman, de s'offusquer de l'impact de cette mutation sur les nerfs de Bruce Wayne, et de redécouvrir une Harleen Quinzel d'une justesse et d'un sens critique aussi aiguisés que des batarangs.


Le personnage d'Harley Quinn est un de mes préférés dans le DCU (sûrement une petite déformation professionnelle) et le titre Harleen m'avais vraiment, vraiment scotchée. J'avais été très déçue de l'annulation de la série qui devait en découler tant j'avais adoré ce titre. Quelle n'était pas ma joie donc de découvrir dans un titre antérieur la même Harleen : attentive, perspicace, intelligente ... Son rôle dans la campagne de Napier tout comme dans la trame qui tend à se dessiner pour cette quadrilogie me paraît être un fil rouge non seulement de qualité, mais permettant de faire la part belle à un personnage trop souvent relégué au second plan.


Si j'avais un petit bémol à partager, ce serait surtout sur le médium. J'ai lu le titre en version Urban Nomad et j'ai l'impression que cela m'a coupé de la beauté des planches. En effet je trouve que ce papier donne un côté beaucoup trop rétro et semble "boire" le noir ce qui enlève beaucoup à la profondeur des dessins. Je pense que je le relierais en version classique pour me faire une idée plus précise sur ce format de poche.


  • Conclusion :

Un titre qui nous propose un Joker/Napier à la Jekyll & Mister Hyde d'une subtilité sans pareil et une psychologie des personnages d'une justesse vraiment agréable. Il me tarde de lire la suite tant cette proposition alternative m'a ravie. C'est un véritable coup de coeur !


Maéva.

 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






 


Tome 2 - Curse of the white knight

Attention ! Spoil présents dans le résumé de l'éditeur et donc dans la critique !



  • Résumé : 

Le fléau Jack Napier est de nouveau derrière les barreaux, mais la sérénité est loin d’être de retour à Gotham, et encore moins au Manoir Wayne, où Bruce peine à retrouver équilibre et sérénité. Son pire ennemi n’a pas seulement ébranlé ses convictions et sa raison d’être, il a également durablement saccagé l’image de Batman et sa légitimité aux yeux des habitants de sa ville. La disparition d’Alfred n’est pas sans séquelle non plus, bien qu’elle laisse derrière lui un héritage inattendu : le journal d’Edmond Wayne daté de 1685, premier de sa lignée à s’être installé à Gotham et adversaire d’un certain Lafayette Arkham, dont les ossements ont été récemment découvert dans la cellule du Joker.


  • Critique : 

Napier n'est plus. On pourrait se dire que finalement tout est revenu "comme avant" mais non. Batman n'a jamais autant douté. Les pistes de réflexions que son meilleur ennemi lui a apportées, ont profondément ébranlé ses convictions. Quel est donc le rôle de Batman ? A-t-il vraiment contribué à rendre Gotham meilleur ? Et ... Quid de l'héritage des Wayne ? Le début de ce second opus donne de suite le ton. D'autant plus que Bruce ne peut plus compter sur son fidèle et loyal tuteur pour le guider. Tout serait-il en train de s'effondrer ?


Si je devais résumer en une phrase ce titre, je dirais "tout démolir pour tout reconstruire". La mythologie même de Batman et sa profonde intrication avec la dévotion et le philantropisme des Wayne vole en éclats et on se demande bien ce qui en restera : début de la fin ou fin du début ?


Il m'a fallu un petit peu plus de temps pour rentrer dans le récit cette fois-ci. Il faut dire que j'avais tellement aimé découvrir Napier que j'en étais presque agacé par ce Joker horripilant à souhait ! Pendant tout le récit je me suis demandé si Napier était vraiment disparu à jamais et ... le moindre que l'on puisse dire, c'est que Sean Murphy a bien compris l'attachement de ses lecteurs à Jack, s'amusant à jouer avec nos nerfs.

Pour autant, j'ai été moins emballé par cette suite que par le premier tome. J'avoue avoir été régulièrement sortie du récit par les cassures de rythmes et de trames d'histoire progressant en parallèle. Si j'ai beaucoup apprécié le fait que l'auteur revienne sur la genèse de Gotham et ses fondateurs, ces parties m'ont souvent parue longue et j'ai eu du mal à faire le lien avec le récit principal. Mais sans nul doute cette sensation est-elle renforcée par mon peu de connaissance sur l'univers. Je ne connaissais par exemple pas du tout le personnage d'Azrael qui m'a .. ennuyé je dois l'admettre. Je me suis de nombreuses fois demandé où tout ça allait bien mener et si toutes ces digressions étaient bien indispensables.


  • Conclusion : 

Vous l'aurez compris j'ai été moins emballé par ce tome 2. Mais il reste tout de même un très bon moment de lecture dont le dernier chapitre laisse à penser un final ... grandiose.


Maéva.

 

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).







 

Tome 3 - Harley Quinn


  • Résumé : 

Bruce Wayne est toujours enfermé en prison, payant pour ses exactions envers la ville de Gotham et tentant de se racheter aux yeux de ses anciens alliés. Mais il a à présent noué une relation de plus en plus forte avec son ancienne ennemie, l’ex-compagne de Jack Napier, Harleen Quinzel. Jeune maman, celle-ci est contactée par le GCPD pour l’épauler sur une affaire qui va faire remonter à la surface les souvenirs encore vivaces de son passé de criminelle.


  • Critique : 

Plutôt habituée des rôles secondaires, Harley Queen prend enfin ici la place qu'elle a toujours méritée, celle de pilier, celle de façonneuse, celle qui, tout en intelligence et en subtilité, conseille aussi bien le Batman que le Joker.


Au début du récit, on découvre une Harley Queen un peu dépassée. C'est qu'elle n'était pas forcément préparée à endosser le rôle de mère de l'année, et encore moins avec des jumeaux remuants qui pourraient bien tenir de leur père. Mais elle peut compter sur le soutien indéfectible d'un Bruce Wayne que l'on découvre pleins de bon sens, plus humain que jamais et profondément attaché à la jeune psychiatre. Alors que la criminalité était en baisse notable ces derniers temps, Gotham voit apparaître un nouveau criminel, semblant copier les anciennes méthodes du Joker. Harley est recrutée pour le GCPD, et contre toute attente, y trouve un second souffle en plus d'un nouveau partenaire en la personne de Hector Quimby, psychiatre lui aussi et pour le moins très interessé par elle. Cette enquête fait ressurgir beaucoup de souvenirs, et plonge notre héroïne dans une quête identitaire intense.


En général j'ai un petit peu de mal à accrocher quand le récit fait des bonds entre présent et passé. Cela a tendance à m'ennuyer et à me couper totalement du récit. Mais ici, Sean Murphy livre un récit à l'image du personnage qu'il met à l'honneur : une héroïne véritablement humaine, avec ses failles et ses doutes, à laquelle il est facile de s'identifier et qui, loin d'être aussi impulsive qu'on pourrait le croire, réfléchit ses actions sur son passé commun avec le Joker et sait s'entourer de personnes de confiance pour guider ses décisions. Une Harleen enfin mise en valeur et pour laquelle j'ai toujours autant d'affection.


  • Conclusion : 

Un titre pleins d'actions mais également de tendresse, où Harleen revisite son passé avec le Joker tout en essayant de se construire son identité propre dans le présent, et de réfléchir à l'avenir de ses enfants.


Maéva.

 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






 


Tome 4 - Beyond the White Knight



  • Résumé :

Dix ans après que Gotham s'est interrogée sur l'efficacité réelle du Chevalier Noir, Derek Powers a pris le contrôle des actifs de la famille Wayne et utilise l'unité anti-terroriste de la ville pour protéger les citoyens... mais à quel prix ? Le justicier de Gotham est toujours en prison et, en son absence, c'est à Terry McGinnis de prendre la relève. Mais dans cette ville futuriste dystopique, seul le vrai Batman est conscient des dangers à venir...


  • Critique : 

Le temps a passé, Bruce en prison à pris de l'âge et est confronté à ses doutes et remises en question : qu'en est-il de son héritage maintenant que Batman est relégué au rôle des imposteurs et son identité familiale totalement rayée de la carte. Un Batman bien morose, qui renie ce qu'il était et est en proie à de violentes crises de panique. Gotham aussi a changé, la fin justifiant les moyens, elle est devenue un état policier, où une milici sévit sur les fonds Wayne. La criminalité certes a baissé, mais la population souffre. Jamais la pauvreté et le taux de suicide n'ont été si hauts.


Ce tome est un vrai hommage à la Batman family. Chacun à sa manière, tente de renouer avec celui qui les a forgé, se ralliant à lui bien contre sa volonté. Les Robins successifs et leurs apprentis, les enfants adoptifs de Bruce et les alliés de toujours décident de s'unir sous une même bannière pour lutter contre l'oppression. Même Napier, est de la partie. Oui, oui Napier, mais pas tout à fait en chair et en os. Pas tout à fait.


L'idée est topissime et j'admire encore une fois la capacité de Sean Murphy a développer la psychologie de ces personnages. Cependant, étant quelque peu novice dans le DCU, j'avoue avoir parfois eu des difficultés à identifier qui est qui. Toutefois les différents flash backs m'ont toujours permis de raccrocher les wagons sans perdre en expérience de lecture.


J'ai beaucoup aimé aussi l'idée développée : la sécurité et la tranquillité des rues doivent-elles se faire au détriment de la liberté individuelle ? Où placer le curseur entre ces deux axes ?


Et que dire du cliffhanger final qui m'a laissé sans voix .. Mon dieu que j'ai hâte à la suite. Mais ça, je ne vous ferais pas l'affront de le divulgâcher.


  • Conclusion : 

Cette série continue pour moi d'être un coup de coeur sans commune mesure dans l'univers DC. Elle me donne réellement envie de pousser la porte de l'univers un peu plus grand même si je crains que les autres récits ne soient pas aussi puissants que cette série.


Maéva


 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






 


Tome 5 - Génération Joker



  • Résumé :

Lorsque, Bryce et Jackie, les jumeaux du Joker et de Harley Quinn s'enfuient dans une Batmobile volée, seul l'hologramme de Jack Napier, a un espoir de les ramener chez eux sains et saufs et de les tenir à l'écart des séides du Joker. Mais le crime n'est pas la seule tentation à laquelle ils vont être confrontés : les enfants découvrent un secret qui pourrait ramener leur père à la vie pour de bon ! Arriveront-ils à faire revivre le plus grand ennemi du Chevalier Noir ?


  • Critique : 

Il va être difficile de donner ici un avis sans trop divulgâcher le récit car celui-ci se veut complexe, tant par les problématiques abordées que par les personnes introduits et laissant présager une suite à cet arc, des plus prometteuses.


Dans la continuité du tome précédent, les enfants de Napier grandissent dans l'ombre d'un père dont leur mère ne parle que très peu et dont ils redoutent les traits héréditaires. Harley a fait le choix d'occulter beaucoup d'aspects de la complexité de la double facette Jack/Joker, mais tous ces tabous conduisent les maintenant adolescents à des prises de risque en quête de sens et de filiation. Quête conduite à sa manière par un Napier pas en "grande forme". Ainsi l'histoire propose de se pencher sur différentes composantes de la dynamique familiale : le poids transgénérationnel, l'hérédité innée ou acquise, l'affirmation, et le deuil, bien sûr. Une dynamique bien compliquée à encaisser quand on est les enfants du Joker et de Harley Quinn.


Mais le récit ouvre la voie aussi à une nouvelle intrigue qui se tissera sûrement plus finement dans la suite d'ores et déjà annoncé par Sean Murphy : "World's Finest : White Knight. Si vous avez déjà lu le tome 4, vous voyez déjà où je veux en venir, l'univers est prêt à s'étendre à des personnages que Sean Murphy n'a il me semble - mais je peux peut-être me tromper - pas encore fait se croiser. Le scénariste aurait ainsi déclaré dernièrement vouloir étendre l'univers ici crée, dans un nouvel arc narratif qui mettrait en avant à leur tour les grandes figures de la Ligue des Justiciers.

J'avoue que ces dits personnages, ne m'ont jamais trop interessés .. jugeant l'un des héros beaucoup trop lisse à mon goût. Mais l'idée d'un traitement à la Sean Murphy, renforcé par la révélation de la dernière page de cette opus, m'emplie contre toute attente d'impatience. Je serais donc au rendez-vous.


  • Conclusion : 

Le coup de coeur continue, cette série est pour moi une véritable révélation, tant de part la découverte de l'univers DC, que par le talent de Sean Murphy dont je suivrais maintenant les sorties avec intérêt. Une fin d'arc époustouflante qui me laisse dans l'attente de World's Finest : White Knight.


Maéva



 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).







コメント


bottom of page