top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Red Sonja : La reine des fléaux

Dernière mise à jour : 14 mars




  • Résumé :

Pour payer une dette de sang au seul homme qui a su gagner son respect, Red Sonja est appelée pour mener une armée désespérée face à la terrible Dark Annisia.

Forcée à se soumettre, et à remettre son épée un genou au sol, la Diablesse à l’épée est condamnée à dépérir dans les steppes du Nord. Mais on n’a pas la peau de Red Sonja aussi simplement…

Conte épique fait de batailles, de complots, et de vengeances, cette aventure mène Red Sonja des profondeurs de sa propre tombe au sommet de la gloire, en passant par sa jeunesse et l’épreuve qui fit d’elle ce qu’elle est.


  • Critique :

Red Sonja fait partie des séries que j’aime retrouver régulièrement, une sorte de plaisir coupable, probablement due à ce côté kitsh de la guerrière assez dénudée. Dénudée certes mais pas dénuée de courage et de combativité, des caractéristiques que j’aimais déjà chez Xhena la guerrière quand j’étais gamin.

En parlant de courage et de combativité je trouve que c’est avec Gail Simone qu’elle en a le plus et de loin. Notre héroïne se retrouve dans une très mauvaise situation puisqu’elle se retrouve exilée, blessée et atteinte de la peste mais malgré tout ça elle tient bon, non sans une petite aide certes mais quand même, elle parvient à mettre une bonne poignée d’ennemis au tapis.

J’ai beaucoup apprécié sa relation avec Annisia avec qui elle a partagé la même geôle mais le temps a passé et ses nombreuses victimes la hantent désormais. L’adversité a pris la place de la fraternité sans que Sonja ne sache vraiment pourquoi.

Comme toujours, lire du Red Sonja c’est retrouver une bonne grosse dose de combats et d’action et ce tome ne déroge pas à la règle, loin de là. D’ailleurs les combats sont très souvent mis en valeur par des splash page absolument incroyables. Walter Geovani a fait un travail remarquable sur la totalité du tome, un vrai régal. D’ailleurs, je tiens à souligner le fait que bien que l’héroïne porte régulièrement sa courte tenue faite de mailles, elle n’est jamais présentée dans des positions un temps soit peu suggestives contrairement à d’autres séries.

Je pense que l’absence des visuels clishés et la qualité globale font de ce tome est un très bon point d’entrée avec le personnage.


  • Conclusion :

J’ai passé un excellent moment à lire ce premier tome (sur 3) de cette nouvelle série, c’est même ma meilleure lecture sur le personnage. je ne peux que vous encourager de le lire, que vous connaissiez le personnage ou non.

Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).







Comments


bottom of page