top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png

Série : Crossover (Tome 1 et 2)

Dernière mise à jour : 15 mars





  • Résumé :

Que se passe-t-il lorsqu'un mega crossover, mêlant l'ensemble des héros de toutes les séries comics, fait irruption dans notre réalité et ravage la ville de Denver et sa population ? Plusieurs années après le désastre, la bataille fait toujours rage mais elle a heureusement été circonscrite derrière un champ de force. Ellie, une survivante de ce crossover, tient depuis la dernière boutique de comics dans un monde qui a appris à détester ces héros de papier. On brûle à nouveau des comics dans la rue, Marvel et DC ont mis la clé sous la porte et sa librairie fait office de musée pour cette culture en voie de disparition. Lorsque l'une de ces créatures de papier pénètre dans la boutique pour chercher de l'aide, Ellie s'engage dans une odyssée en quadrichromie...


  • Critique :

Suite indirecte de The Paybacks, Crossover marque la nouvelle association du duo Donny Cates - Geoff Shaw. Cette histoire au postulat simple et relativement marquée par son côté fan service se révèle être une très bonne surprise dans l’introspection qu’elle fait du monde super-héroïque et du comics en général.


Dès les premières pages, l'œuvre annonce clairement la couleur : ce comics parle de comics. Alors que tous les personnages de comics ayant existé se retrouvent projetés dans la ville de Denver de “notre” réalité, la ville est volontairement isolée du reste du monde tandis que les comics deviennent tantôt un outil de propagande gouvernementale, tantôt un médium censuré (pour les comics pré-crossover). Centré les personnages d’Ellipse, cosplayeuse et vendeuse en comics shop, et Ryan, fils d’un homme violemment opposé aux super-héros, le scénario mène une véritable étude sur l’histoire de la bande dessinée tant en évoquant son âge d'or que sa censure.


Au-delà de cet aspect, impossible de ne pas y voir également une critique franche du fanatisme (en tout genre) : les crimes et amalgames disséminés ci et là (notamment autour de Ryan) forment une véritable condamnation de la radicalisation des opinions formant notre société. Difficile en effet de ne pas faire le parallèle entre les évènements de cette histoire et les évènements les plus sombres de notre histoire. L’image d’ailleurs dressée par la prison "inhibitrice" de pouvoirs ne fait d’ailleurs que renforcer cette idée…


Mais, outre cette critique politique, Crossover n’oublie pas de proposer une intrigue plus légère avec une intrigue certes tout à fait conventionnelle mais parfaitement maîtrisée : de bonnes scènes d’action s’enchaînent, les rebondissements sont nombreux (renforcés par le côté inattendu permis par un tel crossover), l’humour est juste et parfois très méta. Les personnages inédits sont bien écrits et, bien qu'étant de véritables archétypes, fonctionnent à merveille.

L’aspect crossover est quant à lui relativement riche et bien exploité : rarement gratuites, les références sont bien disséminées et généreuses. On regrettera évidemment l’absence des grands noms super-héroïques issus des Big Two (seulement mentionnés ou représentés de manière subtile) mais l’utilisation de personnages moins mainstream comme Savage Dragon ou Hit-Girl est finalement souvent bien plus plaisante !


D’un point de vue graphique, l'œuvre est à mon sens une petite claque tant sur le travail des traits que des couleurs : Shaw livre des planches magnifiques, transpirant l’amusement et le plaisir tout en gardant sa patte. À la coloration, Cunniffe joue parfaitement l’opposition entre le monde réel terne et le monde ‘comics’ plus coloré et pop, en atteste le personnage d’Ava qui est absolument géniale à voir évoluer au milieu de cet univers.

  • Conclusion :

Tout n'est pas parfait mais ce Crossover est indubitablement fait avec beaucoup de sincérité, tant sur le scénario de Cates (qui évite l'écueil d'un crossover purement gratuit et sans substance) que sur les planches de Shaw/Cunniffe qui respirent l'intelligence de construction. Une œuvre généreuse et passionnée qui mérite le coup d'œil et d'oublier ses potentiels préjugés !


Valentin


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).





 

Crossover Tome 2 :


  • Résumé :

Plusieurs années après le crossover qui a mêlé fiction et réalité, les personnages de comics, les fameux fakes, sont toujours aussi recherchés... autant que leurs auteurs ! Après la mort de Brian K. Vaughan et d'autres célébrités du genre, les artistes sont en effet bien loin d'être en sécurité. C'est notamment le cas de Chip Zdarsky, qui s'est reconverti en chef cuisinier. On raconte qu'un tueur en série serait à sa recherche, aussi vit-il dans la peur... à raison ! Entre-temps, l'équipe menée par Ellie poursuit son dangereux périple au coeur du dôme et s'apprête à faire des rencontres insolites !


  • Critique :

Ce deuxième tome de Crossover, toujours orchestré par Donny Cates (entre autres), passe la seconde et livre quelque chose qui dépasse totalement ce qui a pu être fait dans le premier tome.


S’ouvrant sur une interlude écrite par Chip Zdarsky, le ton de ce tome est vite donné : plus méta que jamais, l’œuvre décide de placer en son cœur ceux sans qui tout cela n’existerait pas – les scénaristes de comics. Si l’on se limite évidemment aux auteurs les plus connus de cette génération, l’idée n’est néanmoins pas mauvaise, notamment grâce à une justification de leur présence qui tient plutôt bien la route. Le meurtre progressif de ces scénaristes est un point de scénario aussi brutal qu’intéressant tant chaque scène d’exécution inspire un certain effroi visuel (modéré) et, surtout, intrigue énormément sur le responsable de cette boucherie…


Au delà du ton plus mystérieux et policier, ce tome 2 a également la particularité d’utiliser de manière plus significative et concrète des personnages 'cultes' tirés de comics : sans spoiler toutes les surprises, Cates (et ses co-auteurs) offre ici de véritables intrigues à ses personnages, contrairement au premier tome qui était plus prétexte à caméos. Les références restent nombreuses mais, en se focalisant sur une poignée de personnages cultes, le récit rend beaucoup plus honneur à ces derniers et rend le tout moins gratuit.

Reste encore que cela risque d’en laisser certains sur le bord de la route (ou à minima, d’en dérouter certains) lorsque des références appuyées sont faites sur des comics que le lecteur pourrait ne pas avoir lu ("Powers" en tête). À noter que Cates fait au moins l’effort de rendre la pareille à ses collègues qui lui prêtent leurs « jouets » puisqu’il laisse la place à l’écriture le temps de quelques pages à Zdarsky, Bendis et Kirkman. Globalement, chacun insuffle une énergie qui lui est propre de sorte à dynamiser un peu plus ce récit survitaminé… mention spéciale à Kirkman et Zdarsky qui, à mon sens, proposent une réelle et belle critique de leurs travaux et d’eux-mêmes.

Reste un gros élément scénaristique qui, si je ne souhaite pas le divulgâcher, fait passer l’œuvre dans une toute autre dimension d’un point de vue méta. Ce renversement majeur de l’intrigue s’avère dans un premier temps surprenant, puis semble un temps relativement casse-gueule avant que le tout ne retombe sur ses pattes d’une plutôt belle manière. Encore une fois, le lecteur pourra se sentir désorienté par moment en tentant de démêler le vrai du faux mais forcé de constater que le résultat final fonctionne plutôt bien… et laisse sur un cliffhanger alléchant.


Aux dessins, l’artiste Geoff Shaw fait toujours un travail extrêmement solide mêlant les styles à la perfection de sorte à insuffler à ses planches l’ambiance recherchée. Là encore, le côté très méta du tome offre des planches originales visuellement à l’instar des toutes premières pages. Shaw est également accompagné de Phil Hester et Michael Avon Oeming : si le premier se conforme globalement au style de Shaw, le second planche pour une vision plus personnelle qui se justifie néanmoins sans soucis (et fut même tout à fait volontaire et souhaitée).

  • Conclusion :

Difficile de voir une suite directe au premier tome (bien que l’intrigue principale se poursuive) tant ce second tome vient totalement bouleverser le scénario établi en mettant les deux pieds dans le plat du méta et en proposant quelque chose d’assez étonnant… Ce côté loufoque ne plaira peut être pas à tout le monde mais ici, ça plaît tant Cates joue son jeu avec intelligence et propose quelque chose d’original qui sort un peu des sentiers battus.


Valentin

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




תגובות


bottom of page