top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurFabien

Dans les yeux de Billie Scott

Dernière mise à jour : 15 mars




  • Résumé :

Billie Scott n’a que 20 ans, mais elle a tout sacrifié pour devenir artiste. Alors qu’une prestigieuse galerie lui ouvre enfin ses portes, elle apprend qu’elle va bientôt perdre la vue.


  • Critique :

« Dans les yeux de Billie Scott » c'est le premier comics publié de Zoe Thorogood et le premier travail d'adaptation française de Bubble Éditions, issu d'un financement participatif permettant à la jeune autrice de mettre un pied dans l'hexagone.


Son personnage Billie est comme elle une jeune artiste promise à une belle carrière ; elle a reçu une lettre pour une prestigieuse exposition de nouveaux talents, et "tout" ce qu'elle a à faire c'est préparer une exposition de dix de ses œuvres portant le message ce qu'elle veut dire.

Dix œuvres et des mois pour les réaliser : Billie à le temps de voir venir.

Sauf que dans quelques jours, Billie ne verra littéralement plus jamais rien venir.

Une agression lui provoque un décollement de rétine, un simple vol à l'arrachée qui lui retire ses perspectives de futur et une condamnation à l'obscurité avant qu'elle n'ai pu entrer dans la lumière.


Mais Bille va alors décider de mettre ce peu de temps à profit pour pour accomplir son objectif.

Ses dix œuvres seront autant de portraits dans son style : quoi de plus beau que d'utiliser ses derniers instants avec ses cinq sens pour capter et retranscrire l'Essence de personnes croisées au hasard de la vie.

Elle va donc provoquer sa chance et partir à l'aventure, seule, à la recherche des élus qu'elle peindra dans ses toiles.


Si l'œuvre nous évoque au départ un road trip, l'action se focalisera en réalité sur quelques lieux repères. Pas un défaut en soi mais une petite déception le temps de le comprendre.

N'étant en plus pas familier avec la géographie anglaise, j'ai été parfois perdu avant de me rappeler que ce sont les rencontres et les échanges qui importent ici.


Une chose à souligner : le récit n'est pas déprimant. Certes, lorsque les premières tâches noires apparaissent sur les planches, et surtout à l'annonce du diagnostic attendu, une angoisse claustrophobique est montée en moi (et j'ai d'ailleurs – chose rare – refermé le livre pour la soirée) pour finalement assez vite se dissiper.

C'est une histoire sur l'Art et ce qu'il signifie pour l'artiste, une pré-phase de deuil avant métamorphose car un vrai artiste trouvera toujours un moyen de s'exprimer quoi qu'il arrive ; une histoire sur un handicap à venir et ce qu'il va retirer, mais aussi ce qu'il ne retirera pas et les nouveautés qui se glisseront la place du vide.

Une histoire où Billie laisse parler ses interlocuteurs, nous montrant plusieurs points de vue sur la vie, parfois cynique, parfois hypocrites, insouciants, tous emprunts de leur propre forme de "sagesse". Une cartographie humaine des gens d'aujourd'hui, d'une jeunesse en perte de repères, en quête de sens, et finalement assez positive.



Graphiquement, pas de décollement instantané de la rétine car il m'a fallu un temps d'adaptation pour m'habituer au style ; en particulier pour ce qui concerne les humains, souvent tout en longueur et à l'aspect parfois désarticulé ou aux proportions absurdes, mais qui colle finalement bien et surtout aux jeunes adultes dont la poussée de croissance encore récente a transformé leurs corps en des costumes trop grands pour eux renforçant leur côté paumé, inadapté.

J'ai beaucoup aimé les environnements au bordel naturel où l'on croit à 100% que des gens y sont passé et y vivent. Comme si Zoe Thorogood avait dessiné sans filtre sa propre chambre d'ado mal rangée ou une ruelle au hasard avec des poubelles à moitié ouvertes et débordant sur le sol. On ressent une sincérité qui rend d'autant plus réels les personnages quand l'artiste recentre ses scènes sur eux pour capturer des moments humains.

J'ai aussi adoré certaines pleines pages à l'imagerie cauchemardesque magnifique et remplie de symbolisme, ainsi que les pages finales où tout ce que les yeux de Billie ont pu capter nous est projeté comme une série des diapositives de son aventure (mention à la dernière à la composition parfaitement juste).

Cependant, je soulevais le fait que le comics n'est pas plombant pour le moral et même positif, mais je m'attendais toutefois à plus d'expérimentations et de jeux visuels avec ces tâches et la relation entretenue entre elles – mentionnées comme ses nouvelles compagnes par Billie à un moment – et la protagoniste pour en faire plus qu'un point de départ à l'histoire et un gimmick récurrent.


  • Conclusion :

Bubble Éditions nous avait déjà proposé le premier travail de Yoann Kavege qui donnait l'impression d'avoir à faire à un artiste déjà aguerri.

Ils réitèrent avec ce premier ouvrage profondément simple et juste, signé Zoe Thorogood qui comme son personnage principal a réussi à saisir l'essence d'une époque et d'une société pour la retranscrire dans une œuvre. Et il me tarde désormais de voir ses travaux suivants et son évolution.


Fabien.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen
bottom of page