top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png

Série : Daredevil (Bendis / Marvel Deluxe)

Dernière mise à jour : 19 mars





  • Résumé :

Matt Murdock est Daredevil ! Qui a lâché le morceau et pourquoi ? Les conséquences vont être terribles pour l'Homme Sans Peur, dont l'identité secrète est dévoilée aux yeux de tous et qui n'a plus d'autre choix que de nier, ou d'avouer ! Tout ça bien sûr en continuant de défendre la justice, dans la rue et au tribunal ! Et comment va réagir son entourage proche, en particulier Foggy Nelson ? La réédition très attendue du Daredevil de Brian Michael Bendis et Alex Maleev. Peut-être LA période la plus importante du justicier aveugle.


  • Critique :

Ce premier tome de Daredevil, sobrement intitulé Underboss, marque le début de la contribution de Brian Michael Bendis au personnage. En tant que scénariste vedette de Marvel dans les années 2000, Bendis offre avec Daredevil l'un de ses travaux les plus remarquables chez Marvel, dépassant les simples combats superficiels pour explorer la psyché complexe de Matt Murdock. Tout en s'inspirant de l'influence indéniable de Frank Miller, Bendis insuffle une noirceur essentielle au personnage, tout en préservant l'essence d'un héros urbain évoluant dans les rues sombres de Hell's Kitchen. L'intrigue met également en avant l'adversaire emblématique de Daredevil, le Caïd, confronté à une tentative d'assassinat qui engendre des luttes de pouvoir et révèle la finesse stratégique de Fisk.

Les événements chaotiques se succèdent à un rythme effréné, mettant l'avocat aveugle face à des situations extrêmes. Bendis prend un plaisir évident à pousser Matt Murdock dans ses retranchements, perturbant profondément sa vie autrefois stable. L'auteur explore habilement les facettes de la personnalité de Matt lui-même, en plus de son alter ego. Les dialogues magistraux de Bendis témoignent de son talent exceptionnel, capturant avec justesse et intensité chaque aspect de Daredevil. L'ensemble de la narration est brillamment orchestré, avec une composition fluide et rythmée des planches et une progression logique des scènes. L'utilisation judicieuse de flash-backs et de références au passé de Matt Murdock permet aux lecteurs de s'immerger pleinement dans cet héritage narratif sans jamais se sentir perdus, même s'ils découvrent le personnage pour la première fois. Les échanges percutants et les monologues introspectifs des personnages sont révélateurs et profonds. Avec Daredevil, Brian Michael Bendis offre une véritable leçon d'écriture de comics, allant jusqu'à expérimenter avec un épisode entièrement muet.

Le talent artistique d'Alex Maleev se déploie à travers des planches magnifiquement exécutées, où se mêlent un style semi-esquissé et des nuances pastel. Son trait délibérément spontané s'accorde parfaitement avec l'ambiance sombre de l'histoire et la personnalité du protagoniste. Daredevil : Underboss est un régal tant pour les yeux que pour l'esprit. Les pages captivent visuellement, offrant à la fois dynamisme lors des scènes d'action et intimité dans les relations humaines. Le lecteur est transporté dans un New York à la fois fantasmé et reconnaissable, où les bouches de métro dégagent de la fumée et les réservoirs d'eau surplombent les immeubles. Maleev signe également des couvertures d'album à la fois poétiques, lyriques et dramatiques, ajoutant une dimension artistique supplémentaire.

Ce premier volume met en lumière la collaboration essentielle entre Bendis et Maleev, créant une œuvre incontournable qui démontre que les bandes dessinées de super-héros vont bien au-delà des simples combats dénués de profondeur.


  • Conclusion :

En somme, Daredevil: Underboss est un comics qui saura satisfaire aussi bien les nouveaux venus que les lecteurs initiés, se hissant sans conteste parmi les récits Marvel les plus marquants des années 2000 tant il caractérise avec justesse le personnage en lui offrant une intrigue prenante et maîtrisée.


Valentin.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Tome 2

  • Résumé :

Lorsque le Tigre Blanc est accusé du meurtre d'un policier et qu'il a besoin d'un avocat pour se défendre, il se tourne vers Matt Murdock. Mais Daredevil a déjà beaucoup à faire entre son identité secrète qui a été dévoilée, le Hibou qui tente de faire main basse sur la pègre new-yorkaise et Mary Typhoïde qui fait son grand retour.


  • Critique :

Daredevil : Le Petit Maître, alias une brillante continuité pour ce run Daredevil.


Dans ce deuxième tome captivant, Brian Michael Bendis renouvelle l'histoire de Matt Murdock en le confrontant à de nouvelles épreuves tout en évitant les répétitions, ce qui prolonge la réussite du premier volume.


Si la première moitié met plus en avant le Matt avocat que le justicier, Bendis illustre ici tout son talent dans sa capacité à produire des scènes très riches en dialogues sans jamais donner l’impression d’un trop plein. Les scènes de procès sont ainsi captivantes, n’étant pas sans rappeler (en sens inverse) quelques-unes des meilleures scènes de la série télévisée Daredevil de Netflix. Cette intrigue mêlant enquête policière (presque bâclée) et joutes verbales dans un tribunal sur fond d’abus de pouvoir super-héroïque est ainsi un des véritables points culminants du run complet de par son intensité.

Cette partie s’avère d’autant plus intéressante qu’elle ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe et s’inscrit parfaitement dans les aventures et mésaventures du Diable de Hell’s Kitchen, en proie à des accusations similaires à celle de son client. Le parallèle est bien traité, avec une intrigue surprenante non dénuée d’action (même si Daredevil doit lui-même être en retrait) en s’appuyant toujours sur l’univers street level du personnage et son entourage (dont Luke Cage et Iron Fist).


La seconde moitié s’ancre plus dans la lignée du précédent tome en traitant directement des conséquences du premier tome, alors que la pègre cherche à se réorganiser après la disparition du Caïd (qui ne sera pas absent bien longtemps). L’occasion de retrouver un Daredevil forcé par ses idées à redorer son blason rouge une nouvelle fois pour s’attaquer au Hibou. L’intrigue, bien plus tournée vers l’action, explore (encore) toute la violence et la noirceur des rues new-yorkaises avec un jeu de dupe et de bluff sanglant entre toutes ces parties (évitant un simple duel). Bendis maîtrise à merveille son intrigue tout comme l’évolution de son personnage, virant presque à la leçon de narration tant son évolution est aussi juste et fidèle au personnage qu’ambitieuse.


Le scénariste bouleverse même encore un peu plus la vie du héros (déjà mouvementée) en intégrant une relation amoureuse plutôt authentique. Le personnage de Milla, en plus d’amener des thématiques intéressantes autour des dangers de la vie de Daredevil (et ses traumatismes passés), ramène surtout sur le tapis la question du handicap - parfois vite oubliée tant elle n’est même plus un véritable problème pour Matt - sans faire d’elle une victime naïve et/ou fragile. Au contraire, elle ramène Matt sur terre et appuie son côté sensible, touchant et surtout totalement brisé.


Au crayon, Manuel Gutierrez prend temporairement la place d’Alex Maleev sur la première moitié du tome, livrant une prestation honorable bien que peut être moins subtile que ce dont est capable l’artiste “titulaire” sur le run. Celui-ci s’occupe en effet de la seconde moitié et colle à merveille à cette intrigue « mafioso-romantique » dépeignant aussi bien la noirceur des rues que l’éclatante beauté du couple d’amants dans leur intimité, grâce à des jeux d’ombres et de lumières magistraux.


  • Conclusion :

Daredevil : Le Petit Maître est une pépite selon tous les aspects. Ce deuxième tome est à la fois plus grand, plus beau et plus riche que le premier, fort de personnages riches et d’une intrigue parfaitement maîtrisée et illustrée. À l’image du premier, un must read !


Valentin.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).










Comments


bottom of page