top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Eight billion genies

Dernière mise à jour : 21 mars





  • Résumé :

Huit milliards d'êtres humains peuplent la Terre. 

Un jour, huit milliards de génies font leur apparition et proposent à chaque individu de réaliser le vœu de son choix. Entre ceux qui se précipitent, ceux qui souhaitent le pire et ceux qui vont soupeser leurs options, c'est tout l'équilibre de notre planète qui va être bouleversé en quelques instants ! Mais c'est dans un simple petit bar où se trouve une dizaine de personnes que tout le destin de l'humanité va se jouer… 


  • Critique : 

Il y a très très longtemps qu’un comics ne m’avait pas autant hypé et en vérité, je ne saurais même pas dire quel a été le dernier en date. Il est également très rare que suite à son achat, je rentre chez moi et que je pose tout pour le lire dans la foulée. C’est arrivé pour Eight billions genies et je n’ai rien pu faire d’autres avant de l’avoir terminé tellement j’étais pris par le récit.


Le concept de base du titre peut paraître très simple de prime abord, mais en réalité, il amène tellement de complications quand on essaye de le mettre en pratique que son apparente simplicité est en fait un piège. Un piège dans lequel Charles Soule n’est pas tombé et mieux encore, il est allé au bout de son concept sans utiliser de facilités pour se simplifier la vie !

Les génies ne se contentent pas de venir et de concrétiser l’unique souhait des humains auxquels ils sont rattachés, il y a des règles pour éviter les contradictions et la fin du monde parce que les génies aiment le travail bien fait et que la fin du monde les empêcherait de voir les humains faire n’importe quoi, ce qui reste pour eux un formidable spectacle.


Voici quelques règles : 

- La règle de base, c’est que chaque génie est rattaché à un humain et doit l’accompagner jusqu’à la formulation de son vœu. 

- Tout le monde a un génie, même les enfants, mais ils doivent attendre un certain âge pour formuler leur vœu pour en comprendre le poids.

- Des compromis sont nécessaires lorsque deux vœux contradictoires sont formulés.


Même si les génies font le nécessaire pour éviter l'apocalypse, ils laissent suffisamment de marge pour que le monde devienne un bordel sans nom. Les premiers vœux sont souvent bien débiles (vouloir un dinosaure, être un géant, avoir une voiture volante, être un papillon…). L’anarchie règne alors très vite, mais par chance certains formulent le souhait de créer un espace qui ne soit pas impacté par le vœu des autres ce qui est le cas d’un petit bar de quartier dans lequel vont se réfugier les différents protagonistes que nous allons suivre tout au long du récit.


Vous l’aurez compris dès le début de ma critique, j’ai beaucoup aimé cette lecture.

Charles Soule va au bout de son concept sans nous arnaquer et propose une vision de l’humanité assez juste d’après moi (oui, clairement, beaucoup de gens demanderaient des trucs aussi débiles dans la réalité.). Les différents personnages sont soit très attachants soit très surprenants et les génies sont absolument géniaux. Ils sont bienveillants et ne cherchent pas à piéger les humains, mais les choix des vœux les amusent beaucoup. D’ailleurs, ils peuvent aussi détester leur humain si celui-ci ne se montre pas très respectueux et les vanner sans se priver. Leur design est vraiment très cool et ils apportent beaucoup d’humour à ce récit. Personnellement, je les adore.


Côté dessin, c’est Ryan Browne (que l’on a pu voir sur le seul et unique tome de Curse Words proposé en français par Glénat), que l’on retrouve avec un style plutôt classique et qui devrait plaire à beaucoup de lecteurs. Ses planches sont très agréables à regarder, même si certaines cases peuvent souffrir d’un peu moins de détails que d’autres.


  • Conclusion : 

Eight billion génies est un véritable coup de cœur pour moi. Charles Soule propose une idée à la fois simple et ambitieuse et va jusqu’au bout de son concept sans utiliser de facilité. En le feuilletant, le titre peut paraître bordélique, mais il est en réalité très bien géré et pas si barré qu’il en a l’air. De plus, les génies apportent beaucoup d’humour et sont très attachants.

Un one shot que je recommande et qui donne envie d’avoir une version VF de Curse Words !

Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Comments


bottom of page