top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Série : Radiant Black Tome 1 à 3

Dernière mise à jour : 20 mars





  • Résumé :

Nathan Burnett vient d'avoir trente ans.

Sa vie est moche.

Il cumule deux emplois, s'endette trop et est obligé de retourner vivre chez ses parents. En revanche, quand il découvre et active le "Radiant", un colossal pouvoir cosmique, son existence change du jour au lendemain !

Seul petit problème : les êtres cosmiques qui ont créé le Radiant veulent le récupérer… à tout prix !


  • Critique :

J'avais un peu entendu parler de Radiant Black mais sans y prêter une réelle attention, car si j'apprécie les super-héros ce n'est plus un genre vers lequel je me dirige automatiquement.


Seulement, j'ai vu le livre en librairie : une couverture fort sympathique équipée d'un bandeau noir ; une sorte d'enchantement enveloppant le livre avec ces mots comme des runes magiques qui ont eu pour effet sur moi d'annuler tout pouvoir décisionnel et de me pousser à l'achat :


Le comics de super-héros idéal pour les lecteurs en manque d'INVINCIBLE. Robert Kirkman

En effet je le disais : je ne me dirige plus aussi automatiquement vers ce genre, mais INVINCIBLE en est pour moi l'une des meilleures références ; une étape importante dans mon parcours de lecteur qui reste à ce jour l'une de mes lectures préférées.

Autant dire que "les lecteurs en manque d'INVINCIBLE", c'est moi !


La première idée à saluer est le choix du personnage : Nathan a des galères, mais pas celles d'un ado ou d'un tout jeune adulte ; plutôt celles d'un adulte entamant une nouvelle décennie : assez jeune pour avoir encore la vie devant lui mais assez vieux pour pouvoir prendre du recul sur son parcours et constater qu'il s'est engagé dans une voie menant sa réalité de plus en plus loin de ses rêves.

Un archétype malin qui cherche à se rapprocher d'un lectorat dont la moyenne d'âge augmente.


Le rêve de Nathan c'est d'être écrivain. Il a déjà écrit plusieurs nouvelles, mais rien de sérieux à-même de lancer une carrière.

Pour le moment il vit à crédit à Los Angeles avec comme seule source de revenus les trajets qu'il fait pour DrivR (ie : le Uber de ce monde), condamné à trimballer les autres vers leurs destinations tout en faisant lui-même du sur place.

Mais à force d'immobilisme la réalité finit par rattraper Nathan pour le renvoyer à la case départ où il va être forcer de la confronter : au domicile parental.


Il y retrouve Marshall, resté dans cette ville comme un vestige de son passé travaillant lui-même dans un vestige du passé : un magasin de conseil et location de films sur support physique.

Marshall n'est pas un auteur mais il connait très bien ces derniers; il a de vastes connaissances sur ce (et ceux) qui font les bonnes œuvres et fonctionne sur ce point comme un vrai complément à Nathan.

Pour autant il n'est pas bloqué dans une glorification du passé car il a aussi la maîtrise des outils de communication modernes.


On en arrive enfin à ce pour quoi on a ce livre entre les mains : les super-pouvoirs.

Après une soirée de retrouvailles, les deux amis découvrent une étrange petite sphère flottant au dessus d'une voie de chemin de fer. Nathan se risque à un contact et se retrouve immédiatement dans un costume au design mélangeant Power Rangers et Daft Punk qui semble répondre à ses intentions mais le lie aussi à une entité qu'il devra apprendre à comprendre et qui lui mettra en tête le mot "Radiant", désignant vraisemblablement la fameuse sphère.

Évidemment cela va conduire à diverses péripéties pour Nathan : de simples coups de mains du super-héros sympa du quartier à l'apparition d'ennemis puissants, avec quelques combats et même une sorte de prophétie lui annonçant un futur très sombre s'il ne se dresse pas pour affronter une menace approchante.

Toute cette partie est fort bien exécutée : du super-héros convaincant, frais, moderne et référencé. Un début de développement d'univers prometteur avec en plus une partie graphique très solide et beaucoup de dynamisme dans l'action, aussi bien par Marcelo Costa que par Eduardo Ferigato (qui se passent le relais au chapitre 5, avec des styles différents mais sans choc visuel).

Ce premier niveau de lecture est déjà fort agréable et promet une aventure rythmée, pleine d'humour mais aussi de rebondissements dramatiques.


À cela s'intègrent les réseaux sociaux par une volonté de communiquer directement avec le Monde et de rendre le héros - fraîchement nommé Radiant Black - proche du peuple.

Nathan devient alors le produit et Marshall l'équipe de communication.

Cette idée permet un miroir avec le bruit que provoque le genre super-héroïque sur nos outils sociaux à nous, les réactions souvent disproportionnées face aux informations et productions concernant nos propres personnages costumés sur toile ou sur papier, avec leurs bases de fans et leurs détracteurs (qui trop souvent le sont pour des raisons douteuses).

Un propos intéressant mais pour l'instant effleuré et qui pose une question montrant que le développement a peut-être été un peu rapide : existe-t-il d'autres super-héros connus dans cet univers ? En effet, tout le monde a l'air d'accepter un peu trop vite la situation de ce personnage volant, déployant une force impossible et lançant des rafales d'énergies : personne ne semble vraiment s'émouvoir d'un tel spectacle comme s'il était finalement banal.

Et peut-être est-ce justement le miroir ultime : un message semblable à un Jurassic World qui viserait à nous montrer un public blasé, biberonné au grand spectacle et n'arrivant plus à s'émerveiller devant la nouveauté ; préférant commenter et débattre à priori avant même de songer à profiter.

C'est en tout cas un point qui mériterait d'être exploré dans la suite car vraiment intéressant.


Vient enfin selon moi le point le plus intéressant de ce début d'œuvre et certainement ce que l'auteur y a mis de plus personnel : le mal-être du créateur en manque d'inspiration, la dépression et les périodes les plus difficiles qui vont avec.

Nathan a en effet saisi le Radiant comme on saisi une idée, un point de départ. À partir de là il y est lié et ses monologues internes se voient pollués par l'artéfact qui occupe son esprit dans une symbiose toxique.

Et ce Radiant à l'apparence d'un trou noir, comme le vide créatif qui empêche les pensées de s'échapper de l'esprit de l'auteur pour aller remplir cette page qui lui fait face et qui continuera de briller de la blancheur aveuglante qui rend ses idées noires, dans un cycle d'auto-alimentation du néant artistique qui ne semble sur le moment pouvoir être brisé que d'une seule manière : tragique.

Mais il y a une autre voie, moins évidente ; un chemin qui dans les pires moments parait impossible à emprunter : cette force négative pourrait aussi être utilisée comme un puissant moteur pour alimenter les meilleures histoires et s'extraire de l'horizon du trou noir.

Un thème qui fait écho au titre, au nom du héros et à son pouvoir : ce "noir radieux" qui bloque Nathan car il lui demande un effort de pensée conscient, un laisser-aller de son imagination pour découvrir et activer les capacités à même de le propulser dans les airs pour aller écrire sa propre grande histoire.


Ce dernier thème semble se placer comme un fil rouge : on suit l'histoire de Nathan et la création de celle qu'il essaie d'écrire, en reliant le tout avec le Radiant.

Le potentiel de ce niveau de lecture promet de développer une jolie mise en abyme du travail d'écriture, surtout en y ajoutant les réseaux sociaux et la confrontation directe des auteurs et artistes à un public pas forcément bienveillant, souvent trop prompts à les encourager dans la voie du mal-être plutôt que de les encourager tout court (et ce n'est d'ailleurs pas rare de voir des créateurs en parler ouvertement, et malheureusement même quitter ces plateformes).


Il y a toutefois des freins à mon engouement : des retournements surprises, pour certains osés et d'apparence pérennes qui viennent enrichir l'univers (avec changement de statu quo et ajout de personnages) mais questionnent sur le développement des thématiques de fond. Avec les différents points que j'ai soulevés plus haut j'ai quelques idées sur la manière dont pourrait être tissé le fil rouge et j'espère fortement qu'il n'a pas été purement et simplement coupé.

De plus le dernier chapitre nous présente un autre point de vue avec un nouveau changement de dessinateur, mais aussi de scénariste puisque Cherish Chen remplace Kyle Higgins. Et si la démarche est cohérente et peut être saluée, si l'autrice ainsi que David Lafuente ne déméritent aucunement, quand on met ça en face du développement précipité j'y vois aussi un signe d'une série qui pourrait étendre rapidement son univers par des spin-off, la faisant alors entrer dans un modèle qui m'attire moins. Je pourrais avoir tort mais si l'on observe l'actualité de la série c'est bien ce qui semble se construire. Sur ce point aussi j'espère : que l'univers reste lisible, que la série principale le soit de manière le plus indépendante possible et que Delcourt édite correctement les autres parties de l'œuvre.



Et pour revenir à ce bandeau noir alors ? Il s'agit évidemment d'un pur outil de communication basée sur une petite phrase choc.

Il serait d'ailleurs injuste de comparer une série longue, terminée et digérée par ses lecteurs, avec le démarrage d'une nouvelle série (INVINCIBLE n'était d'ailleurs pas vraiment à son sommet qualitatif dès ses débuts).

Il serait aussi injuste pour les créateurs de résumer leur travail et tout ce qu'ils cherchent à développer via cette seule comparaison. Mais elle a le mérite de m'avoir fait découvrir un comics qui ne m'attirait pas à priori et d'éveiller fortement ma curiosité pour la suite ; aussi je vous inviterai à faire de même et à vous intéresser à ce nouvel univers super-héroïque prometteur.


  • Conclusion :

Ce premier tome de Radiant Black pose le contexte pour construire son nouvel univers super-héroïque plein de bonnes idées (peut-être un peu trop d'un coup) et potentiellement riche en thématiques, ne s'interdisant pas de traiter même les sujets les plus durs.

Et s'il est parfois un peu rapide dans son développement, accélérant son rythme dans la deuxième moitié du tome avec un retournement pour le moins surprenant, j'ai confiance avec ce que les auteurs ont placé qu'ils aient bien planifié leur intrigue et qu'il ne s'agit pas uniquement d'un geste spectaculaire pour choquer les lecteurs mais d'un vrai développement du propos de fond et d'ajout de thématiques annexes qui vont venir gonfler le sous-texte.


Fabien.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Tome 2R

  • Résumé :

La première vague de forces cosmiques arrive sur Terre, avec comme seul objectif de récupérer le Radiant. Elles débarquent à Chicago, et seul RADIANT BLACK se dresse sur leur chemin, aidé de quelques nouveaux alliés inattendus. Par ailleurs, la ville de Lockport se remet des attaques récentes - mais si ses habitants ne veulent plus d'un super-héros, est-ce à dire qu'il doive déjà raccrocher son costume?


  • Critique :

Après environ une année d’attente Delcourt nous propose le second tome de Radiant Black, la série super héroïque indépendante du moment (d’ailleurs le tome 3 arrive très vite). J’attendais particulièrement ce second tome qui devait confirmer ou infirmer la bonne impression que j’avais eu lors de ma lecture du premier tome (retrouvez la critique du tome 1 par Fabien).

Les bases posées, nous voilà plongés directement dans l’action en compagnie des différents Radiant (noir, rose, jaune et rouge) qui combattent un ennemi particulièrement coriace et badass visiblement assez déterminé à récupérer les radiant via une série de scènes bien dynamiques et remarquablement découpées. Avec un tel démarrage, difficile de ne pas se faire embarquer directement par le récit et d’enchaîner les chapitres jusqu’à la conclusion.


À la sortie du premier tome j’ai vu beaucoup de monde comparer cette série avec les Power Rangers. Effectivement voir des mecs se battre en combinaisons fait directement penser à cette franchise mais honnêtement la comparaison s’arrête aux couleurs (ici on s’approche un peu plus du symbiote intelligent que de la combinaison pure) et se fait oublier assez vite.

J’aime particulièrement le caractère de Marshall, plus fougueux et téméraire que Nathan. Même si il a tendance à être un peu tête brûlée il n’en est pas moins responsable et conscient des responsabilités qui lui incombent depuis qu’il est le Radiant noir et je pense que ce personnage a un potentiel fou (je ne peux d’ailleurs pas m'empêcher de penser à Mark Grayson à certains moments du récit). J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la répétition d’une scène humoristique qui vient donner plus d’épaisseur au personnage alors qu’il est dans une situation assez délicate. Un moment qui montre d’ailleurs combien ses moindres faits et gestes peuvent être scrutés et commentés et le poids que le jugement des gens peut peser lourd sur la psychologie d’un héros, qu’il soit super ou non.


Autre point positif, ce tome nous permet de faire plus ample connaissance avec Eva et de découvrir comment elle est devenue le Radiant rose. Eva est streameuse et là aussi le récit se veut assez réaliste et engagé puisqu’il traite à ce moment de la différence entre l’image de sa vie qu’une streameuse peut renvoyer via son contenu et la réalité une fois la caméra coupée. On y découvre notamment à quel point les commentaires des abonnés peuvent faire mal et pousser à devenir leur esclave à toujours vouloir les contenter , avec les conséquences que cela peut avoir sur l’entourage du créateur de contenu. J’ai adoré cette partie et j’espère avoir droit à d’autres moments comme ceux-là. D’ailleurs en VO, chaque radiant a eu droit à sa propre série, j’espère donc que cette série fonctionnera assez pour que l’éditeur nous propose l’ensemble de l’univers !


Au registres des points un peu moins positifs, il y a une partie du récit qui m’a perdu où Marshall se retrouve dans une autre dimension assez étrange.

Si le démarrage de cette partie est l’occasion pour Marcelo Costa de nous offrir une planche folle à base de cassage de cases ainsi qu’une double page complètement folle jouant sur le sens de lecture, je dois bien avouer que l’intérêt scénaristique ne m’a pas sauté aux yeux. Par contre effectivement, graphiquement cette partie envoie vraiment du très lourd et mérite de s’y attarder.


Il est assez clair que ce second tome a confirmé tout le potentiel que cette série peut avoir. Il vient apporter plus de profondeur à Marshall, nous montrer un peu plus de choses sur les autres Radiant, nous permet de faire connaissance avec le Radiant rose mais aussi de voir que leurs ennemis sont particulièrement puissants.

Il est d’ailleurs assez difficile de ne pas vouloir comparer la série à Invincible. Le Massive-verse (c’est le nom de l’univers de radiant Black) peut-il au moins égaler l’univers d’Invincible ? Difficile à dire à ce stade mais le démarrage est très bon et l’ambition des créateurs est de lui faire prendre une ampleur au moins similaire.


Si vous aimez Invincible et que vous cherchez une série dans le même registre alors Radiant Black est fait pour vous. Par contre je pense qu’il faut comparer les deux séries sur une évolution semblable dans le sens où comparer le début de Radiant Black avec la fin d’Invincible n’aurait aucun sens, il faut donc regarder où en était Invincible à numérotation égale pour qu’une comparaison soit plus juste.


J’en ai déjà parlé un peu plus haut, Marcelo Costa nous offre des planche extrêmement réussies tout au long du tome et nous éclate la rétine au chapitre dix (la dimension parallèle). C’est certain, maintenant je vais guetter davantage ses travaux !


  • Conclusion :

Ce second tome de Radiant Black a confirmé tout le potentiel que j’avais repéré dans le tome précédent et vient donner beaucoup plus de profondeur au personnage principal tout en permettant de découvrir les autres Radiant.

Si vous avez aimé Invincible, il y a de très grandes chances pour que cet univers vous plaise aussi ! Maintenant j’espère que Delcourt proposera l’ensemble des séries de ce Massive-Verse !


Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Tome 3

  • Résumé :

Un extraterrestre avec une épée ? Check. L'état de santé de son meilleur ami ? Check. Alors que sa vie personnelle semble revenir à la normale et qu'il semble ENFIN pouvoir faire une pause, Marshall doit faire face à de nouveaux ennemis qui menacent de mettre un terme prématuré à sa carrière de super-héros !


  • Critique :

Je persiste et je signe, Radiant Black est la nouvelle série Invincible ! Pas au sens propre bien sûr mais c’est la série qui à mon sens s’en rapproche le plus, l’aspect familial en moins.

Les intrigues, le ton et le rythme sont assez semblables, donc si vous avez aimé Invincible, vous aimerez probablement aussi cette série.


Maintenant que c’est dit passons à ce troisième tome qui vient confirmer encore un peu plus tout le bien que je pense de cette nouvelle série.

Marshall se trouve dans une situation des plus complexes, son meilleur ami Nathan, l’ancien Radiant Black est sorti de l'hôpital et son absence soudaine et prolongée a semé le trouble dans sa vie personnelle et passe maintenant pour quelqu’un à qui on ne peut pas se fier. Pour ne rien arranger de nouveaux ennemis font leur apparitions et se serrent les coudes dans le but d’affaiblir le jeune super héros. Une chose est certaine, la patience du héros est mise à rude épreuve au point de rendre la ligne rouge très facile à dépasser…


Avec ce troisième tome, les auteurs ont voulu développer la relation entre Nathan et Marshall, qui, en plus de partager une grande amitié, partagent aussi le secret du Radiant Black et cela cause un certain nombre de remous, chacun souhaitant faire les choses à leur manière sans risquer de froisser l’autre.

J’avais un peu peur que la série stagne et ne propose (c’est toujours le risque) rien de bien nouveau mais à un certain moment le récit prend un virage que je trouve particulièrement intéressant via un twist prometteur pour la suite. Il ne me semble pas l’avoir déjà vu ailleurs, c’est très intriguant et les possibilités pour la suite semble asse folles.


Si j’ai aimé la grosse majorité du tome, une partie axée sur le Radiant Jaune ne m’a pas spécialement emballé. Cette partie traite de la vie du personnage, de son évolution, de ses choix et de son avenir et honnêtement, même si j’ai apprécié la symbolique de certaines parties, je n’ai pas franchement compris pourquoi ce récit a été réalisé. Peut-être qu’en lisant la mini série lui été consacré mon sentiment serait tout autre, mais malheureusement elle n’est pas proposé par Delcourt.


  • Conclusion :

Pas de grande surprise en vue puisque j’ai beaucoup apprécié ce troisième tome qui explore la relation entre Nathan et Marshall qui se trouve un peu ballotée par la situation. La série propose également un joli twist très intéressant et intriguant, qui promet de belles choses pour la suite.


Thomas.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).







Comentarios


bottom of page