top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png

Série : A vicious circle Tome 1 et 2

Dernière mise à jour : 12 mai



A vicious circle Tome 1 :



  • Résumé :

Si Shawn Thacker vous disait ce qu'il est et d'où il vient, vous ne le croiriez pas. Car Shawn Thacker est non seulement un assassin, mais il vient surtout du futur. Depuis l'assassinat de sa famille, il cherche à se venger du seul homme à partager la même malédiction que lui : être projeté dans le temps et l'espace à chaque fois qu'ils prennent une vie humaine. Du XXIIe siècle tokyoïte à la Nouvelle-Orléans des années 1950, en passant par l'ère jurassique et au-delà, les deux rivaux s'affrontent avec violence dans l'espoir de changer le cours de l'Histoire.


  • Critique : 

Bon, bon, bon. Avec “A vicious circle” on a à faire à un véritable ovni et pour plusieurs raisons. 

La première, c’est son format proche du Franco-belge (il est un peu plus petit en VO mais quand même bien plus grand que leur standard) aussi bien en taille qu’en épaisseur puisqu’il ne compte que 64 pages dont 48 de récit. Les suivantes se situent dans sa conception même puisque l'œuvre présente une quantité assez limitée de texte et met largement en avant la partie graphique absolument somptueuse. D’ailleurs, Lee Bermejo s’est amusé à changer de style graphique à chaque changement d’époque, ce qui donne une œuvre très riche.

Le tome ne faisant que 48 pages hors bonus, le scénario n’est pas encore assez développé pour se faire un véritable avis et on sent clairement que l’équipe créative a bien fait ce qu’il faut pour que le tout soit bien énigmatique et c’est réussi. Un adepte des floppy VO saurait probablement déjà tirer des conclusions avec ces quelques pages, mais ce n’est pas mon cas, il m’en faut plus. Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai lu et il me tarde de découvrir la suite et heureusement, il ne faudra pas attendre bien longtemps puisque le second tome arrive début Mars. Je n’en dirais pas plus pour éviter tout spoiler, le tome étant particulièrement court. Concernant le format, je comprends la logique de vouloir mettre en avant les magnifiques planches de Lee Bermejo mais je n’aime pas vraiment ce format façon franco-belge qui rend la prise en main du tome assez inconfortable. J’aurais également préféré que tout le récit sorte en un coup mais peut-être qu’Urban n’a pas eu le choix à ce niveau là. À 15€, vu la pagination, j’ai peur que pas mal de lecteurs passent leur chemin surtout que le rapport prix / page semble de plus en plus observé, un peu comme on achète un kilo de patates.


  • Conclusion : 

A vicious circle est une œuvre absolument magnifique d’un point de vue graphique ! Concernant son scénario, le premier tome est trop court et le récit trop énigmatique pour se faire un avis définitif mais ce comics est extrêmement prometteur ! Rendez-vous en Mars pour la suite !


Thomas.

 



 

A vicious circle Tome 2 :


  • Résumé :

Deuxième acte de cette course-poursuite spatio-temporelle, A Vicious Circle nous emporte cette fois-ci de l'ère médiévale à Copenhague, en l'an 2090, en passant par l'Allemagne nazie de 1938. Si la motivation première de Shawn Thacker reste de venger la mort de son fils, il lui faudra faire preuve d'un sang-froid inouï pour la dépasser…


  • Critique : 

Pour commencer, sachez que je n’ai pas mis la fin du résumé du tome proposé par Urban puisqu’il spoil littéralement l’enjeu de ce tome.À l’instar du premier, ce second tome ne propose que 48 pages de récit (58 en tout et pour tout), je ne vais donc pas broder juste pour broder. Avec si peu de pages, il est effectivement difficile de faire une review d’une taille habituelle.Cependant, il y a quand même quelque chose à en dire. J’avais notamment entendu dire que ce tome ne faisait pas spécialement avancer l’intrigue générale et je tiens à nuancer ce propos. Effectivement, l’avancée n’est pas spectaculaire, mais vient tout de même expliquer comment les deux personnages se sont retrouvés dans cette situation, montrer ce qu’il s’est passé avant les événements du tome précédent, développer les motivations du héros tout en apportant un rebondissement intéressant et intriguant pour le troisième et dernier tome.Mattson Tomlin ne réinvente toujours pas la roue, mais son récit est diablement efficace, et même si la suite et fin ne s’annonce pas forcément inédite ou révolutionnaire, on a envie d’en savoir plus.C’est toujours la partie graphique qui représente le plus grand intérêt de la série et personnellement, je trouve que Lee Bermejo réussit l’exploit de proposer des planches encore plus splendides. Après, c’est peut-être mon amour des dinosaures qui parle. Certaines doubles pages ou splash page sont absolument incroyables.

En-tout-cas cette série est vraiment un cas particulier que ce soit par son format, sa publication, sa qualité scénaristique / graphique ou bien sa durée. Je ne sais pas si les lecteurs sont au rendez-vous ou non mais c’est intéressant à observer.


  • Conclusion : 

Ce second tome (sur trois) apporte de nouveaux éléments apportant le contexte et la motivation du héros tout apportant un rebondissement intéressant pour la suite et fin.De son côté, Lee Bermejo réussit l’exploit de proposer des planches encore plus belles. 

Vivement la suite, mais il faudra être patients, car elle n’est pas encore annoncée aux États-Unis…


Thomas.


 



Comments


bottom of page