top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Big girls

Dernière mise à jour : 12 mars




  • Résumé :

Un virus a transformé quelques hommes en d’immenses monstres difformes et leur détermination à tout détruire est immense! Ember ne mesure pas moins de 90 mètres de haut et son job consiste à exterminer ces monstres et protéger ce qui reste de la ville. Heureusement elle n’est pas seule, elle peut compter sur deux puissantes collègues. A elles trois elle forment l’équipe des Big girls, le dernier rempart face au danger et à la destruction.


  • Critique :

Si comme moi vous écoutez très souvent les podcasts de First Print, vous avez forcément entendu parler de Big Girls puisque Arnaud et Corentin en ont très souvent parlé avant même qu’Arnaud ne soit choisi pour la traduction. Du coup au moment de me lancer dans la lecture je savais déjà à quoi j’aurais à faire et je me suis plongé instantanément dans ce récit de science fiction dystopique. Nous avons donc une série qui s’inspire allègrement des Kaiju mais ici ce sont des hommes transformés par une sorte de virus créé accidentellement. Lorsqu’ils grandissent et deviennent difformes ils ont la fâcheuse tendance à venir se nourrir avec les humains vivants dans la « réserve » (une partie de la ville resté intacte) et les survivants n’ont pour protection que 3 femmes immenses entraînées à les combattre.

Si le lecteur peut allègrement se contenter de prendre ce récit comme un comics d’action extrêmement distrayant, il peut aussi y trouver une seconde lecture. Se présente alors un message sur les hommes violents (les monstres) où deux clans s’affrontent. Il y’a d’abord celui qui pense que tout homme susceptible d’être violent doit être puni et l’autre qui dit qu’un homme devenu monstre peut encore changer et s’améliorer. Les scènes sont extrêmement imagées mais si on prend en compte cette seconde lecture, les messages et points de vues délivrés deviennent extrêmement puissants. J’ai beaucoup aimé ces deux aspects de la série tous deux de très grande qualité.

Le rythme et le suspense sont tels que j’ai enchaîné frénétiquement les pages jusque’à arriver avec surprise à la fin. La seule chose qui m’a surpris c’est l’absence de chapitrage, chose très rares de nos jours dans les comics. Ça a très sûrement joué dans ma vitesse de lecture mais si vous aimez attendre la fin d’un chapitre pour faire une pause dans votre lecture, ici vous devrez le faire n’importe où.


Que ce soit au scénario ou au dessin, tout est réalisé par Jason Howard et même si il m’a fallut quelques pages pour m’habituer à sont style très anguleux et détaillé, j’ai tout de même trouvé ce comics très agréable à regarder.


Au niveau de l’édition en elle même, encore une fois 404Comics a fait les choses en grand. La qualité de l’objet est indéniable et on la sent lorsque nous l’avons en main. Le papier est de très grande qualité même si l’aspect mat peut perturber un peu au début. Une fois de plus tous les détails du papier choisi sont expliqués au début du tome et je trouve que c’est une excellente idée !


  • Conclusion :

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai eu un coup de coeur pour Big Girls mais très honnêtement nous n’en sommes pas loin du tout. Que ce soit au niveau du récit, du dessin ou du livre en lui même, tout est de très grande qualité.

Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




Comentários


bottom of page