top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Série : Bitter Root (Tome 1 à 3)

Dernière mise à jour : 14 mars





Bitter Root Tome 1 :

Adaption : Film (Optionné par Legendary)

  • Résumé :

Nous sommes dans les années 20 aux Etats Unis et il existe de nombreux monstres fruits de la corruption de l’âme humaine par la haine. Ces monstres sont appelés Jinoos et sont combattus par la famille des Sangerye et ce, de manière ancestrale. Ils comptent sur l’utilisation du Fiif’no, un sérum issu du broyage d’herbes et de racines pour purifier les âmes de Jinoos mais lorsque un nouveau genre de monstre fait son apparition, tout est chamboulé.


  • Critique :

Je n’avais pas tellement entendu parler de Bitter Root avant que Sullivan n’en fasse la promotion sur une de ses vidéos mensuelles et dès le départ son résumé m’a beaucoup intrigué quand à son côté engagé. J’ai lus quelques comparaisons parlant d’un Ghostbusters façon années 20 mais je trouve cette comparaison un peu réductrice. Il n'est d'ailleurs aucunement question de fantômes ici. Bitter Root parle très ouvertement de racisme en utilisant des monstres pour symbole. L’ambiance proposée y est incroyablement riche et ultra immersive grâce à la multitude de détails et références historiques. Le rythme élevé du récit en fait un titre extrêmement plaisant à lire, je vous défie de vous ennuyer en le lisant ! Je n’ai d’ailleurs pu le lâcher qu’une fois l’avoir terminé à cause des multiples rebondissements de fin de chapitres.

Etant amoureux d’histoire et passionné par la guerre de Sécession (ou guère civile) américaine, je connais une partie de l’histoire du racisme anti noirs en amérique mais pas cette partie plus récente de l’histoire et j’ai été passionné par ce récit qui m’a permis d’en savoir plus, aidé par une multitude d’articles / analyses du récit proposés à la fin du tome. Ces articles permettent vraiment d’en apprendre plus sur cette période trouble des Etats Unis et font de ce comics une expérience vraiment à part car les récits mélangeant à ce point histoire et fiction se font assez rares (trop). Merci à Hi Comics de les avoir gardées même si je suis persuadé que peu de lecteurs les parcourront.

C’est un nouveau coup de coeur pour moi en ce début d’année ! J’adore déjà cet univers et j’ai vraiment hâte que le second tome arrive !


Graphiquement Sanford Greene fait un travail exemplaire en proposant cet univers extrêmement riche et détaillé.


  • Conclusion :

Bitter Root propose un univers riche et dynamique tout en parlant avec une grande justesse du racisme. C’est clairement l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure sortie comics à découvrir en ce début d’année !

Sa nomination aux Eisner Awards n’est clairement pas usurpée.


Thomas.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Bitter Root Tome 2 :


  • Résumé :

Les Sangerye ont l'habitude de chasser les Jinoos, ces hommes transformés en monstres par la haine et font office de référence dès qu'il s'agit de les soigner ou de les éliminer. Mais quelque chose à changé, de nouveaux monstres sont apparus. Appelés Inzondos, ces hommes sont cette fois transformés par le deuil et les traumatismes. Les Sangerye vont encore devoir se battre pour sauver le monde mais attention à ce que leurs propres souffrances ne les transforment pas à leur tour…


  • Critique :

Bitter Root est une série absolument géniale et ce n'est pas sa victoire aux EisnerAwards qui dira le contraire. L'attente aura été bien longue entre ces deux premiers tomes, mais elle en valait la peine, car le plaisir de retrouver les Sangerye n'en était que plus grand.

Ce nouveau tome commence par l'équivalent d'un chapitre complet fait de d'histoires permettant de s'attarder brièvement sur différents personnages ou moments bien précis. Le tout est dessiné par différents artistes invités pour l'occasion. Cette partie est très intéressante et permet de donner plus de contextes et de découvrir de nouveaux personnages très importants pour la suite.

Dès le chapitre suivant les choses se corsent assez fortement : faisant d'abord face à une petite armée de Jinoos, la famille doit maintenant combattre une véritable légion de Inzondos. Le monde est sur le point de littéralement basculer dans les ténèbres.

Après avoir lu le premier tome, j'avais du mal à imaginer comment la situation pourrait partir davantage en vrille, mais force est de constater que c'était largement possible. L'ambiance de désolation est encore présente, mais largement décuplée. Partout on ne voit que de la destruction, des morts et du feu ce qui rend la lecture de plus en plus oppressante pour le lecteur. Après la haine, les auteurs ont décidé de s'intéresser aux conséquences du deuil et des traumatismes vécus cette fois par les hommes noirs victime de la haine qu'ils ont en face d'eux. Les victimes de ces émotions se transforment alors en une sorte de morts-vivants vidés de toute trace d'âme.


Aux Etats Unis, les conséquences de l'esclavagisme et le racisme qui en a découlé sont des sujets extrêmement sensibles et encore tellement d'actualité et les traiter d'une manière aussi imagée permet de sensibiliser sur le fait que face à la haine, les victimes peuvent elles aussi emprunter le chemin de la violence engendrant ainsi une boucle sans fin extrêmement difficile à arrêter. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé l'un des nombreux articles proposés en bonus qui parle des traumatismes vécus par les anciennes générations susceptibles d'impacter très fortement les générations futures.

Ces sujets m'ont toujours beaucoup touché et je vous les dis, j'ai encore d'autres lectures sur le sujet à vous proposer !


Graphiquement, c'est toujours aussi incroyable, les planches sont superbement découpées, les scènes d'action sont folles,

même si parfois un peu brouillonnes. Quant à elle, la colorisation vient toujours apporter cette ambiance très particulière qui fonctionne à merveille et qui fait que cette série est reconnaissable entre mille.

  • Conclusion :

Je ne peux que vous encourager à sauter sur ce second tome de Bitter Root qui gagne en intensité et qui garde cette patte graphique incroyable. Cette série parle des conséquences du racisme de façon ludique tout en étant divertissante.

Si vous n'avez pas encore démarré sa lecture, et bien vous loupez une des meilleures séries indées du moment.


Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).





 


Bitter Root Tome 3 :


  • Résumé :

Tandis qu'un mal terrible s'abat sur le monde, la famille Sangerye réalise que cette fois, elle pourra difficilement se protéger... tout comme le reste de l'humanité. Pour réussir à vaincre ces sinistres forces qui ravagent la terre, les Sangerye devront combattre leurs propres démons, mais tous ne survivront pas... Un affrontement épique dans le Harlem de la Renaissance, qui scellera le destin d'une famille, et celui du monde entier !


  • Critique :

Avec ce troisième tome de Bitter Root, je pensais voir une nouvelle série de l’éditeur HiComics prendre fin mais il n’en sera rien puisque j’ai eu confirmation de la part de Sullivan Rouaud que le nouvel arc de la série serait bien proposé par l’éditeur malgré les difficultés qu’elle a à recruter des lecteurs. D’ailleurs l’arrivée d’un film Bitter Root n’est pas étrangère à cette volonté de poursuivre l’aventure.


Contrairement au second opus, il est ici plus facile de raccrocher les wagons grâce à un rappel des évènements et avec un rythme de parution d’un tome par an c’est bien utile !


J’ai donc eu moins de mal à me lancer, mais c’est un autre aspect qui a gêné ma lecture.

En effet, de nombreux changements de temporalité sont réalisés pour expliquer des actions dans le moment présent et si ça ne me pose pas de souci à faible dose ici il y en a tellement que ça casse totalement le rythme du récit alors que sans ça ce tome serait aussi dynamique que les précédents. C’est vraiment dommage surtout qu’en faisant abstraction de ce souci de rythme, l’histoire est toujours de très bonne qualité et le message toujours aussi percutant. Ceci étant dit, ce n’est que mon ressenti et peut-être que d’autres lecteurs ne seront absolument pas gênés en tout cas je l’espère.

Bon malgré cette petite déconvenue et comme je l’ai déjà dis plus haut, je trouve toujours l’histoire des Sangerye et l’univers dans lequel ils évoluent aussi dingues et il me tarde de découvrir le prochain arc narratif dans un quatrième tome chez HiComics ! Un arc narratif qui, si on en croit les dernières pages, serait axé sur des évènements plus récents provoqués par un moustachu plein de haine. Si ça se confirme, les monstres que les Sangerye vont combattre seront dingues.


Au niveau dessin pas de changement, les planches sont toujours aussi dynamiques et colorées, un vrai régal pour les yeux mais si vous avez déjà dévoré les tomes précédents je ne vous apprend rien.


  • Conclusion :

Ma lecture a été quelque peu entachée par des problèmes de rythmes qui heureusement ne viennent pas gâcher cet univers incroyable que propose Bitter Root.


Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen
bottom of page