top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Série : Jupiter's legacy (Tome 1 à 3)

Dernière mise à jour : 15 mars




Adaption : Série ( En cours de tournage pour Netflix )


  • Résumé :

La première génération de super héros avait pour motivation d’aider leur pays (les Etats Unis) qui traversait une véritable crise politique et sociale dans les années 30. Leur mission consistait à sauver les personnes en danger ou simplement les aider sans jamais s’immiscer dans la politique. Plusieurs décennies plus tard, la nouvelle génération est là mais se sent bien moins concernée par le destin de son pays, plus intéressée par la popularité ou les soirées mondaines. Malheureusement lorsqu’ils se décident à agir, leur première action est particulièrement violente et pleine de conséquences .


  • Critique :

Qu’est-ce que je peux m’exaspérer parfois ! Depuis ma première lecture de comics j’ai du entendre parler 7672 fois de Jupiter’s Legacy, et de ma mémoire de poisson rouge, je ne me rappelle pas en avoir entendu du mal une seule fois ! Le problème se trouve probablement là ! En général dès que j’entends tout le monde parler d’une oeuvre de manière dithyrambique, ça a l’effet de m’en dégouter. C’est à cause de ça que je n’ai vu Avatar qu’en 2018 bien après tout le tapage fait autour de ce film et je vis la même chose en ce moment avec Joker.

Pour en revenir au titre de Mark Millar, j’ai tenté maintes et maintes fois de l’acheter mais n’ai jamais franchis le pas, par peur d’en être déçu, alors même que jusqu’ici aucun de ses titres ne m’a déçu (Les titres de Brian K.Vaughan me font d’ailleurs la même chose).


Cette fois j’ai forcé le destin, après tout j’aime la patte Millar et le Super héroïque indépendant alors pourquoi je n’aimerais pas ?

Une fois le comics entre les mains j’ai découvert l’histoire d’une famille américaine constituée de Sheldon, sa femme Grace ainsi que son frère Walter. Tous sont fondamentalement déterminés à aider leur pays à sortir de la grande crise des années trente, au point de se diriger tout droit sur une île totalement inconnue et semblant les appeler. Le fait est qu’ils en sont repartis extrêmement puissants, bien assez pour aider le pays de manière significative.

De nombreuses décennies plus tard ils sont toujours là, rejoint par Brandon et Chloe leurs deux enfants et de nombreux autres héros. Mais le temps a passé et l’aura de Sheldon alias Utopian a fait beaucoup de dégâts sur son frère constamment dans son ombre et sur son fils se sentant obligé de faire ses preuves. Conscients que les actes d’Utopian n’ont jamais empêché l’humanité de reproduire sans cesse les mêmes erreurs, ils décident de combiner leurs forces pour imposer leur vision.


L’auteur nous propose donc une véritable crise familiale semblable à celles vécues par de nombreuses autres, à cela près qu’ici il s’agit de super héros et que leurs actions vont impacter l’ensemble de la population mondiale et faire de gros dégâts ! Je suis totalement séduit par l’idée de transposer un problème familial somme tout banal à une famille de super héros et on peut dire que les personnages n’y vont pas avec le dos de la cuillère !

Ce premier tome est passionnant, plein d’action, trash et propose de sacrés rebondissements, vraiment c’est une excellente lecture que je regrette finalement de ne pas avoir découvert avant !

Côté dessin on retrouve le style de Franck Quitely que je n’affectionne pas particulièrement à cause des visages de ses personnages que je trouve parfois trop détaillés mais honnêtement, après trois pages j’en ai totalement fais abstraction.

  • Conclusion :

Jupiter’s legacy tome 1 est une lecture incroyable que je regrette de ne pas avoir découvert avant ! Le talent de Mark Millar a encore fait des siennes, nous proposant probablement sa meilleure oeuvre. J’attendais déjà beaucoup l’adaptation commandée par Netflix mais maintenant je suis chaud bouillant !


Thomas.



 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Jupiter's Legacy Tome 2 :


Série chez Netflix


  • Résumé :

Depuis sa prise de pouvoir, les actions de Brandon ont bien du mal à convaincre le monde mais de leur côté, Hutch, Jason et Cloé passent la seconde et organisent leur contre attaque en recrutant le maximum d’anciens super vilains. Malheureusement pour un une attaque terroriste va pousser Brandon à bout et tout accélérer .


  • Critique :

Après un premier tome particulièrement percutant et réussi, j’avais vraiment hâte de lire la suite tout en gardant dans un coin de la tête qu’égaler une telle qualité serait difficile.

Les évènements de ce tome commencent juste après ceux du premier volume assurant ainsi le maintient du rythme et c’est à mon avis ce qui aide le récit à s’en sortir car le scénario, lui, est bien moins percutant que celui du tome 1. J’aurais par exemple préféré que Mark Millar laisse un peu plus Brandon réagir à l’attaque terroriste alors que là on ne nous montre rien.


Mais rassurez vous, grâce au rythme et aux différentes scènes d’action particulièrement bien orchestrées vous passerez quand même un excellent moment de lecture. Malheureusement je ne peux pas vraiment vous en dire plus sous peine de spoiler allègrement tout le monde.

En refermant ce comics j’ai eu une petite sensation de trop peu et me suis donc retrouvé un peu frustré par le manque de suite. Heureusement Mark Millar vient de l’annoncer, il travaille actuellement une suite à son récit phare, qui semble-t-il se passera dans le futur histoire de nous montrer les conséquences de ce tome 2, et honnêtement j’ai déjà hâte de lire tout ça.


Graphiquement Franck Quitely est toujours de la partie et assure en nous offrant de superbes planches pleines de scènes d’action assez marquantes, un vrai plaisir !


  • Conclusion :

Bien qu’un peu déçu par cette suite un peu en deçà du tome 1, j’ai pris du plaisir à lire cette conclusion à Jupiter’s Legacy.


Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 

Jupiter's Legacy Tome 3 :



  • Résumé :

Chloe Sampson, héritière de la famille qui a donné naissance aux super-héros les plus puissants de la Terre, a épousé Hutch et eu plusieurs enfants. Aujourd'hui, le monde est un endroit meilleur, grâce aux êtres dotés de pouvoirs qui travaillent en harmonie avec l'humanité pour éradiquer les fléaux qui se sont abattus sur la Terre.

Mais dans l'ombre, quelqu'un s'affaire pour éliminer les descendants de Samspon. Les héros imparfaits vont devoir reprendre les armes pour sauver la planète...et leur vie


  • Critique :

Parmi les auteurs bien connu d'une majorité de lecteurs comics, Mark Millar est clairement l'un des plus prolifiques. Mais comme il a été dit maintes fois sur lui il est capable du meilleur comme du pire, et bien trop souvent stagne dans le moyen avec un concept génial qu'il peine à développer.

Cette volonté de proposer un maximum d'idées fortes qu'il ne saura pas toujours exploiter sera souvent compensée artificiellement par toujours plus de grandiloquence et une surdose d'artifices voués à choquer, ce qui peut donner des lectures juste inconséquentes voir carrément désagréables en fonction de notre tolérance (certains adorent, après tout).


Un Wanted perd par exemple tout sens moral sans vraiment y gagner quoi que ce soit ; Nemesis finit par ne plus rien raconter pour miser sur son retournement enlevant tout intérêt et ne profitant même pas d'un effet de surprise convaincant ; Prodigy se perd dans son concept de super-intelligence (montrée de manière bien pompeuse) auquel l'auteur n'arrive jamais vraiment à ajouter de contrepoids valable, rendant la lecture pas si maline.

Mais il est aussi capable de très bon, comme Kick-Ass qui bien que misant fortement sur le trash raconte quelque chose sur l'inspiration qu'on peut retenir des personnages de comics si on en comprend les enseignements et en ne les utilisant pas n'importe comment ; ou encore Starlight et son personnage nostalgique de ses heures de gloire qui nous dit que des beaux moments peuvent continuer à arriver et que rien n'est jamais fini tant qu'il nous reste du temps.


Et enfin il y a eu Jupiter's Legacy : une variation de plus de l'auteur sur le thème super-héroïque, se concentrant sur la succession familiale et les secrets que peuvent cacher des parents à leurs enfants ; ces derniers voyant alors leurs ainés comme trop parfaits se perdent en ne sachant comment gérer le poids de leur héritage.

Un récit très bien complété par un prélude venant raconter la construction dudit héritage et la formation des secrets sur plusieurs décennies, avec en fond l'évolution des mœurs de la société permettant de pointer la nécessaire évolution de nos figures héroïques (et qu'il ne faut pas écouter ceux qui voudraient à tout prix les voir faire du sur place).

Ces histoires formaient un tout avec une fin qui était suffisante malgré des questions encore présentes mais qui n'appelaient pas forcément de réponses précises et ne laissaient pas de frustration.

Cependant, l'auteur a souhaité poursuivre son univers : et pourquoi pas après tout ? Il avait laissé une porte assez grande ouverte pour y revenir et nous raconter plein de nouvelles choses intéressantes. En lieu et place de quoi il a choisi de nous raconter les événements de cet arc nommé Requiem...


Dans Requiem, Millar vient nous raconter ce qui se passe après son happy end, cherchant à démystifier la fameuse phrase "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfant" (ou du moins la première partie de cette phrase).

Comme je le disais, j'étais très satisfait de la conclusion que l'on avait eu jusque là : l'auteur avait créé son univers, pour rapidement le détruire et le reconstruire de jolie manière.

Cette suite se charge de détruire à nouveau, quasi sadiquement pour les personnages comme pour les lecteurs, annonce une volonté de lever le voile sur certains mystères (quitte à être certainement trop premier degré, comme son Reborn avec Greg Capullo), et y ajoute de nouveaux éléments qui retirent beaucoup à l'essence de ce que j'aimais tant auparavant : les conflits moraux et les dissensions au sein même de la famille.

Ça fait beaucoup de choses à gérer dans cette intrigue, trop certainement car à force d'aller dans toutes les directions j'ai fini par ne plus comprendre où l'auteur cherche à nous amener, ni s'il avait réellement quelque chose à dire en ouvrant ce nouveau chapitre.

Il y a même plusieurs passages qui initient des pistes de développement pour (pour l'instant en tout cas) ne rien donner et se finir sans conséquence apparente. Tout le décor était posé pour une nouvelle tragédie familiale pleine de double jeu et de retournements de veste : que ce soit un jeune sidekick en début d'entraînement, un ancien et puissant ennemi en quête de rédemption et ayant lui-même une descendance pour transmettre ses leçons de vie, ou les désaccords profonds au sein de la famille de Chloe avec encore une fois la "perfection" des parents reproduisant inconsciemment le cycle qu'ils ont eux-mêmes combattu pour s'en extraire,... il y avait de quoi raconter une histoire intime et spectaculaire.

Alors pourquoi sortir de nulle part la découverte d'une autre planète ? D'autant plus que cette découverte s'accompagne de l'utilisation des pires ficelles en SF : les habitants sont en tout point similaires à des humains si bien qu'on se croirait plus dans un futur proche (avec aussi certains passages très médiévaux) que sur un autre monde. Il est fort possible que le résultat de la quête sur l'origine des pouvoirs viennent aussi expliquer ce point mais ça reste pour l'instant d'une facilité déconcertante. Le pire étant que, bien sur, il n'y a pas de barrière de la langue puisque tout le monde parle dans la même (ils sont chics ces extra-terrestres à apprendre nos langues) ! Avec des télépathes dans tous les camps il aurait pourtant été aisé de justifier la facilité de communication d'un simple texte.

Pour en finir avec le négatif côté intrigue, le récit est parsemé de moments chocs classiques de l'auteur, dont un seul a fonctionné sur moi...mais uniquement sur le coup, en coupant sèchement une sous-intrigue qui était pourtant prometteuse. Globalement le reste ne m'a pas du tout touché, même quand les drames touchaient des personnages que j'appréciais pourtant fortement auparavant. Pire : l'un des retournements qui aurait pu être génial m'a fortement dérangé et mis de plus en plus mal à l'aise en pensant à ce qu'il veut dire pour les personnages périphériques. Dur de faire moins cryptique, mais cette "surprise" est encore un moment à ajouter à ceux à la morale douteuse que son auteur sait nous servir ; ou en tout cas une morale qui ne s'aligne pas sur mes valeurs, donc j'espère de vraies conséquences par la suite.


Mais heureusement j'ai su trouver un peu de positif, et même s'il ne rattrape pas mon avis général il a eu le mérite de m'avoir fait poursuivre la lecture.

D'une part, il y a un aspect politique sur l'hypocrisie de nos gouvernements démocratiques qui s'affichent en parfait super-héros du "monde libre". En parcourant à nouveau pour écrire cette critique, il y a même un écho frappant à l'actualité brûlante des relations États-Unis/Chine. On pourrait dire que c'est maladroit voire un avis un peu trop facile (mais comme l'était Superior que j'ai pourtant adoré), mais je trouve tout de même ce genre de positionnement bienvenu.

D'autre part, même si je trouve que le saut temporel entre le tome 2 et ce tome 3 est une bonne excuse pour faire l'économie de développement et passer facilement d'une étape à une autre, le point de départ était fort intéressant : ce post-happy end où tout n'est pas si rose qu'on l'aurait imaginé et où on découvre les éléments cruciaux du point de basculement au fil de l'œuvre.

Enfin, l'une des utilisations du concept d'identité secrète m'a plutôt intéressé : le poids d'une personnalité publique très connue sur un couple dans lequel la deuxième composante se voit éclipsée, toujours dans l'ombre et se sentant d'autant plus ridiculisé quand son partenaire se relaxe et devient une toute autre personne dans l'intimité de la vie privée. Mais encore une fois, là où ce point aurait pu être central au récit il passe au second plan derrière les ajouts forcés.



Un autre talent de l'auteur est de savoir s'entourer d'excellents artistes.

Même si pour des soucis de continuité j'aurai adoré voir Frank Quitely rempiler, Tommy Lee Edwards fait un très beau travail. J'aime notamment sa couleur qui tranche avec le passé pour quelque chose de beaucoup plus flashy et contrasté. Les lieux sont détaillés, les personnages reconnaissables, iconiques, expressifs, et l'action est dynamique.

Sauf que, chose rare avec Mark Millar : il y a un changement d'artiste en cours d'arc (au chapitre 5).

Et, chose encore plus rare : j'ai trouvé ça affreux...

On reconnait parfois difficilement les personnages, et l'action est souvent illisible : je n'ai rien contre un style abstrait, mais ici j'avais trop l'impression que l'artiste s'était trompé en envoyant ses sketchs de brouillon à l'éditeur, au lieu des pages finalisées.

Un exemple flagrant : j'avais la certitude qu'un personnage avait été tué sur une page, au détour d'une case dont même le texte est explicite, pour le revoir au chapitre suivant comme si de rien n'était. Et je n'ai toujours pas compris.

En plus, quand on connait la teneur de l'un des retournements il est encore plus dommage de ne pas retrouver Quitely dessus, qui a prouvé son génie pour le type d'idée en question (pensez All-Star Superman).


Un dernier point, concernant la traduction : je n'ai pas pour habitude d'évoquer le texte VF par manque de point de comparaison avec la VO, et chez tous les éditeurs il y a des coquilles qui peuvent arriver. Mais ici j'en ai vu trop en un seul tome : que ce soit une faute de français très moche ou le manque d'un mot (à au moins 4 reprises), c'est dommage qu'il n'y ai pas eu plus de soin à la relecture.


  • Conclusion :

Je n'ai donc pas du tout été convaincu par la première moitié de cette nouvelle entrée dans l'univers de Jupiter's Legacy.

Est-ce que l'échec de la série Netflix (arrivé au même moment que le premier numéro de Requiem) a provoqué la précipitation pour bâcler cette histoire (qui a d'ailleurs été raccourci d'un numéro pour n'en faire que 11 au lieu de 12 prévus initialement) ?

Impossible à savoir, reste que mon avis négatif est à la hauteur des attentes que j'avais. J'espère en changer tout de même après lecture de la conclusion qui débute tout juste en VO, la baisse d'attentes pouvant alors jouer positivement sur ma réception. Toujours est-il que Mark Millar est actuellement en cours de salto, tête en bas à 10cm du sol...et la réception sans heurt m'apparait pour le moins compliquée.

Mais au moins Tommy Lee Edwards sera de retour.


Fabien.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page