top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurMaéva

Série : Nailbiter Tome 1 à 3

Dernière mise à jour : 8 mars



Tome 1 / Tome 2 / Tome 3


 

Tome 1 :


  • Résumé :

L’agent Nicholas Finch n’est pas ce que l’on appellerait un enfant de coeur. Il est spécialiste en extraction de données pour le renseignement militaire. Une façon polie de signifier que sa spécialité est d’arracher des informations sous la torture. Le jour où son ami Caroll, profiler au FBI l’appelle à la l’aide pour élucider le mystère de Buckaroo, la ville qui a donné naissance à 16 des plus grands serial killers du monde, il se met immédiatement en route. Seulement Caroll disparaît, laissant une traînée de mystères et de morts derrière lui. La seule manière de le retrouver, est de plonger à son tour dans l’histoire macabre de la ville en compagnie de l’un des tristement célèbres « bouchers de Buckaroo » : Nailbiter.

  • Critique :

Imaginez une petite bourgade où chacun des habitants est au mieux un descendant de tueur en série, au pire … un killer en devenir. Bienvenue à Buckaroo ! Mais comment est-il seulement possible que ce pourcentage de meurtriers au mètre carré ne soit que le fruit du hasard ? C’est cette énigme qui attire chaque année nombreux journalistes et flics en recherche du Graal en matière d’investigation.

Nailbiter a été élu par le magazine USA TODAY meilleur comics d’horreur en 2014. Un titre loin d’être volé tant l’horreur se profile de page en page, formant un thriller haletant où le mal se tapit dans chaque coin d’ombre des planches. Si si je vous assure, regardez-bien, soyez attentif et vous ne tarderez pas à découvrir des ombres menaçantes prête à attaquer.

Grande amatrice de thrillers, j’étais à la recherche en me mettant au comics, d’une série capable de me donner autant de frissons qu’un bon Thilliez lu au coin du feu. Et bien avec Nailbiter, je suis servie ! Si vous aimez les enquêtes halletantes, qui ne laissent pas de répit et où le mystère loin de s’éclaircir de pages en pages s’attache au contraire à s’épaissir d’avantage, vous tenez une pépite entre vos mains. Il faut cependant avoir le coeur bien accroché car les dessins sont pour le moins prenant voir anxiogène.

Justement parlons en un peu plus du dessin : un mélange assez « comique » mélangeant des traits presque cartoon à une ambiance à la SE7EN… mais si, vous savez ce thriller avec Morgan Freeman à l’affiche où un serial killer tuait ses victimes en reproduisant leur péchés capitaux. Mélangeant surprenant n’est ce pas ? Mais qui fonctionne très bien.

  • Conclusion :

Allez les amis, soyez un peu aventureux. Peut être est-ce la lecture idéale pour se préparer à Halloween ?

Maéva.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).





 

Tome 2 :


  • Résumé : 

Buckaroo et ses mystérieux tueurs en série ne cessent de fasciner. Alors qu’un nouveau boucher semble à l’oeuvre dans la ville, voilà que des étrangers parcourent les rues en quête de sensations fortes et de reconnaissance. Parmi ceux-ci, Brian Michael Bendis (scénariste pour Marvel rien que cela), venu trouver l’inspiration. Pendant ce temps, l’inspecteur Nicholas Finch continue son enquête personnelle, mais venir fouiner à Buckaroo n’est jamais sans risque.


  • Critique :

Le FBI débarque a Buckarroo, furieux d’y trouver Finch en roue libre, semblant laisser une traînée de cadavres derrière lui, ce qui n’a pas manqué de faire accourir la presse du pays mais aussi des esprits malades tels qu’une jeune femme désireuse d’accoucher sur place pour que son fils devienne tueur en série plus tard.

Débarque également en ville Bendis, qui lassé de faire des titres super héroïques, veut offrir à ses lecteurs un titre indépendant traitant de meurtre et de sang. Le voilà donc à traîner derrière les portes des salles d’interrogatoires, à interroger la population sans se douter du mal qui se tapis potentiellement derrière les visages communs..

J’ai pris autant de plaisir à lire que dans le premier tome. Un univers sombre, angoissant, où on ne doit pas faire avec un tueur en série mais avec des dizaines, où on ne se contente pas d’une intrigue mais de plusieurs, intriquées, entremêlées, dont on ne voit pas le fond. Une plongée en eaux troubles haute en couleur avec des dessins toujours aussi contrastés entre traits cartoon et ambiance digne d’un film d’horreur. Je prends toujours autant de plaisir à éplucher les planches à la recherche d’un danger tapis dans l’ombre et encore inaperçu pour les protagonistes. Je commence également à me sentir touchée par certains personnages secondaires qu’il me tarde de découvrir d’avantage.


  • Conclusion :

Amateur de thriller, venez plonger avec moi dans cet univers que - pour tout vous avouez - je relis une deuxième fois pour vous écrire ces critiques.


Maéva.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).





 

Tome 3 :


  • Résumé de la série :

Dans un petit village des Etats-Unis, un mal est à l’oeuvre depuis plusieurs générations : les pires tueurs en série semblent y naître. Chacun des habitants est donc soit un des tristement célèbres bouchers de Buckaroo, ou un de ses proches parents. L’ombre plane sur les jeunes de la communauté, qui d’entre eux sera le prochain boucher. Ce phénomène sociologique attire chaque année des journalistes et flics du monde entier en quête de sensationnel : tous rêve de la notoriété sans pareil qu’ils pourraient obtenir en découvrant le mystère de Buckaroo.

Dans le tome 1 de la série, Finch, ancien agent du renseignement militaire, part rejoindre son ami Carol, enquêteur au FBI, qui pense avoir résolu l’énigme. Mais le temps qu’il arrive sur place, Carol a disparu, et les cadavres s’entassent … A partir de ce moment là, tout s’enchaine. Finch, fou de rage, veut retrouver son ami et est bien décidé à clore l’enqupete. Il se lie d’amitié avec la chérif locale et plonge dans le quotidien macabre de la petite ville. De mises en scènes sordides en souterrains glauques, chaque pas semble être fatal dans cette ville où il faut se méfier de chaque habitant, de chaque recoin sombre. Finch arrivera t’il au bout de son enquête ? Mais surtout .. pourrons nous trouver réponse à cette question qui brûle les lèvres de chaque habitant : Pourquoi les pires tueurs naissent-ils à Buckaroo.


  • Critique :

J’ai vraiment, vraiment, vraiment adoré cette série que j’ai lu intégralement deux fois avant de vous écrire cette critique finale. Le scénario est digne des thrillers qui ornent fièrement dans ma bibliothèque. Les intrigues s’entrecroisent, les personnages regorgent de sombres secrets et sont loins d’être des enfants de coeur. L’ambiance qui se dégage des pages est aussi lourde que les sombres nuages qui planent quotidiennement sur la ville de Buckaroo et on serait presque prit à vouloir se protéger de la pluie glaçante qu’affronte les personnages, en se blottissant bien au sec derrière notre comics. Les dessins et la colorisation sont sublimes, dans un mélange de cartoon et d’horreur qui donnent un charme unique à cette histoire. Des dessins qui semblent se jouer de nous, car s’y tapit régulièrement des ombres menaçantes, qui quand elles finissent par prendre toute la bulle .. sont déjà prêtes à frapper. Trop tard, game over, il faudra être plus attentif lorsqu’à nouveau tout paraitra trop calme. L’agencement des cases est clairement là pour nous prendre aux tripes : amoncellement de petites cases sanglantes, grand vide noir ou page en mode « chercher l’intru »… Nailbiter n’est décidément pas une lecture passive.


Cette série semble se terminer en 6 tomes. 6 tomes qui à mon sens pourrait être scindé en deux phases. Ainsi, si aux alentour du 3ème tome l’intrigue semble s’essouffler, elle ne tarde pas à vite bifurquer pour plonger encore plus dans l’horreur. J’ai dit « semble se terminer ». Pourquoi ? Parce que la fin est très clairement ouverte et que l’auteur joue une fois de plus avec nous en nous lâchant en dernière page juste deux mots ensanglantés suivi d’un point d’interrogation : « La fin ? ». Moi je me l’imagine bien cette suite. J’y vois un gros potentiel. Mais je clôturerais ici cette critique, il parait que le spoil ce n’est pas bien.


Maéva.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Opmerkingen


bottom of page