top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
  • Photo du rédacteurThomas

Punisher Tome 1 (Jason Aaron)



  • Résumé :

Cela fait des années que Frank Castle consacre sa vie à punir les criminels et venger sa famille. Mais voilà qu'un terrible secret est dévoilé sur son passé, qui le convainc de prendre les rênes de la Main, l'un des plus terribles clans d'assassins de l'univers Marvel ! Quel est ce secret ? Est-ce un nouveau départ pour le Punisher, ou la fin de sa quête de justice ?


Traduction : Jérémy Manesse

  • Critique :

Ma dernière excursion dans les aventures comics du Punisher datent de la série de Garth Ennis et Steve Dillon, un véritable incontournable. Ça commence à dater mais honnêtement, passer après un tel récit est compliqué et le risque de déception était trop grand alors je n’ai pas cherché à en lire d’autres. Jusqu’à maintenant du moins.


Ce revirement est d’abord dû à la présence de Jason Aaron aux rennes mais aussi et surtout au contexte compliqué dans lequel la série a vu le jour. Face à la récupération de plus en plus faite de la tête de mort du Punisher par différents policiers ou militaires (parfois même des unités entières) autour du globe, Marvel devait agir mais difficile de faire interdire l’utilisation d’un logo aussi massivement partagé. Du coup ils ont mis le personnage en pause 2 ans pour se laisser le temps de le réinventer et c’est donc Jason Aaron qui en a eu la difficile tâche.


Utiliser la figure du Punisher comme symbole en tant que gardien de la paix n’a aucun sens étant donné qu’il symbolise à lui seul l’échec du système judiciaire, alors pour grossir le trait, rien de tel que de le faire bosser pour la Main mais, quand on connaît le personnage, cela paraît incohérent alors il lui fallait une bonne raison de le faire et ils l’ont trouvée !


Sans spoiler, la raison qu’ils ont trouvée est excellente et imparable. Grâce à celle-ci, la Main a le meilleur moyen de pression possible pour en faire son meilleur tueur. L’auteur en profite d’ailleurs pour nous présenter la genèse du personnage en l’adaptant à sa nouvelle situation et si ce premier tome est assez bavard, l'hémoglobine et la castagne ne sont pas oubliés pour autant, loin de là. Par contre aucune place pour l’humour, l’ambiance est beaucoup plus grave que dans ce que j’ai lu précédemment et j’ai adoré.

On sent que Frank Castle n’est pas totalement satisfait de sa nouvelle situation et il ne s'en cache pas. Ce qui est intéressant c'est que Frank n'embrasse pas totalement les idéaux de la Main même si ceux-ci possèdent un immense moyen de pression sur lui. Il est régulièrement rappelé à l'ordre mais aucune sanction n'est appliquée pour autant. Ils semblent avoir une peur bleu de voir leur nouvelle arme se retourner contre eux et ce bras de fer constant est intéressant à observer. Surtout qu'en général quand Castle n'est pas satisfait le sang finit toujours par couler et c'est ce qui semble se profiler pour la suite. J'ai hâte !


Côté dessin, ce premier tome nous propose deux styles bien différents. L’un illustre le moment présent (Jesús Saiz) quand l’autre montre le passé (Paul Azaceta). Le style de Jesús Saiz me plaît beaucoup plus, mais il est intéressant de différencier les différentes époques de cette façon.


  • Conclusion :

Cette nouvelle série consacrée au Punisher a la lourde tâche de réinventer le personnage et de mon point de vue c’est très réussi, du moins dans ce premier tome. Il me tarde de découvrir la suite !


Thomas.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




bottom of page