top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurMaéva

Série : The Nice House on the Lake

Dernière mise à jour : 18 mars





  • Résumé :

Tous les conviés connaissent Walter - enfin, ils le connaissent un peu, en tout cas. Certains l'ont rencontré dans leur enfance, d'autres l'ont rencontré quelques mois auparavant. Et Walter a toujours été un peu... absent. Mais après une année difficile, personne n'allait refuser l'invitation de ce dernier dans une maison de campagne située à l'orée d'un bois et avec vue sur lac. C'est beau, c'est opulent, c'est privé – de quoi supporter les petites combines et les surnoms bizarres donnés par Walter. Mais ces vacances de luxe revêtent très vite des airs de prison dorée.


  • Critique :

Vous êtes-vous déjà demandé comment vous imaginiez la fin du monde ? C’est la question que James Tynion IV nous propose avec ce titre. Un récit pour le coup plus fantastique qu’horrifique, contrairement à ce que propose d’ordinaire l’auteur, mais d’une efficacité redoutable. Pas de doute, ce titre fera partie de mes coups de cœur 2023.

11 convives radicalement différents réunis par une connaissance commune dans une maison luxueuse pendant que la fin du monde fait s’envoler les gratte-ciels en fumée. Pourquoi Walter les a sauvé ? Et puis d’abord comment le savait-il ? Et pourquoi tous ces subterfuges ? Tout au long des chapitres, le mystère s’épaissit. Entre flashback et découvertes incongrues, chacun tente de comprendre ce qui a bien pu l’amener jusqu’ici.

J’ai également énormément apprécié l’intelligence avec laquelle le récit a été structuré. A chaque numéro, c’est un protagoniste qui prend les commandes, s’adressant à nous et nous prenant par la main pour nous immerger dans le récit. Et puis il y a cette composition très cinématographique des chapitres et des cases, qui donne beaucoup de dynamisme au récit.


  • Conclusion :

Oui vraiment, de l’histoire au dessin, j’ai tout apprécié dans cette œuvre.

Et vous ? Vous l’imaginez comment la fin du monde ?


Maéva.

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




 
Tome 2

  • Résumé :

Ils s'imaginaient passer un chouette week-end dans une somptueuse villa en bord de lac. Onze "élus", réunis par leur ami commun, Walter, à priori doux et sympathiques. Mais au terme de la première soirée, le scénario idyllique tourne au cauchemar éveillé lorsqu'ils assistent, impuissants, à la fin du monde… Depuis, chacun cherche à sa manière à déjouer les plans de leur ami-ravisseur, mais difficile de trouver un sens à l'impensable. Alliances, trahisons, pressions, crises existentielles… Pourront-ils seulement se libérer de leurs propres schémas, de leur prison intérieure ?


  • Critique :

Après un premier tome pour le moins déroutant, tournant autour de la question centrale - et vous, comment imagineriez-vous la fin du monde ? - James Tynion IV semble vouloir “clore” ce diptyque avec une nouvelle réflexion digne du bac de philo : est-ce qu’il vaut mieux dire la vérité et être l’ennemi de tous ou mentir et être l’ami de tous ? Car c’est là le nouveau dilemme posé par Walter. Toute vérité est-elle vraiment bonne à dire ? Est-ce finalement un mensonge pieux que d’annihiler les souvenirs dérangeants pour rendre une situation plus agréable et pérenne ? J’ai trouvé fascinant de voir la réaction de chacun face à cette épineuse question. De voir à quel point finalement cette question du libre arbitre peut autant diviser. Combien finalement, il est toujours question de soi et de ses priorités toutes personnelles.

Ce huis clos est vraiment une très belle réussite à l’intrigue toujours renouvelée. Si certaines questions du tome 1 trouvent leur réponse, elles amènent finalement 5 questions supplémentaires chacune, proposant un récit haletant et profondément mystérieux. On comprend donc bien à quel point ce récit ne pouvait pas se finir ainsi. Car oui, si initialement l’auteur avait annoncé un récit finit en deux tomes, il s’agit maintenant d’un diptyque inaugural. C’est d’ailleurs un point qui, d’après ce que j’ai pu lire sur la toile, divise. Beaucoup seraient déçus de ce changement de cap. Personnellement, je trouve au contraire cette nouvelle non seulement réjouissante, mais également plutôt logique au vu de toutes les questions restées en suspens et surtout de l’immense potentiel sous-tendu par celles-ci.

Côté graphisme, je suis toujours autant séduite par ce traitement de l’image si particulier, non sans me rappeler The Department of Truth. Il ne s’agit pourtant pas du même dessinateur : Álvaro Martínez Bueno pour ce titre contre Martin Simmonds pour l’autre. Et pourtant. Alors volonté à part entière ou hasard, voici mon analyse totalement subjective et peut être complètement claquée au sol. Dans ces deux œuvres, certains personnages en proie avec la recherche ou le contrôle de LA Vérité sont dessinées de manière “floue”, “changeante”. Leurs traits ne sont pas précis, pas réellement délimités. La perception de leur corps totalement dépendante de l’angle de vue. J’y vois une métaphore. Une métaphore de cette Vérité mouvante, subjective. De cette atmosphère emplie d’un ballet de questionnements puis de révélations tellement incessant, que la perception de l’environnement ne peut plus s’y fixer. En tout cas si ce n’est pas fait “exprès”, moi je dis chapeau.


  • Conclusion :

Un deuxième opus passionnant, au rythme haletant et renouvelant mon intérêt pour la série.


Maéva

 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page