top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png

 The unnamed junkward joe

Dernière mise à jour : 17 déc. 2023



  • Résumé :

Muddy Davis, célèbre dessinateur de comics strip alimenté par son passé de soldat au Vietnam, prend sa retraite. C’est à ce moment-là que Joe, le robot qui lui a servi de source d’inspiration mais dont il a refoulé l’existence, apparaît sur le seuil de sa porte. Malgré leur passé de soldats derrière eux et leur traumatisme, la guerre reviendra dans la vie de Joe et de Muddy Davis.


  • Critique :

« The unnamed junkward joe » est une œuvre sur laquelle je suis parti confiant grâce au duo artistique aux commandes sur le titre : Geoff Johns à l’écriture et Gary Frank aux dessins ; à l’instar de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino, ils font parti de ces duos que j’aime retrouver en comics.


Même si « The unnamed junkward joe » s’inscrit dans un univers partagé, ce dernier ne vient pas interférer dans le récit, si ce n’est à la toute fin. C’était l’une de mes craintes, n’ayant pas lu « Geiger » (sorti précédemment dans l’univers partagé), mais « The unnamed junkward joe » est bel et bien une histoire complète et suffisamment indépendante pour être appréciée par un lecteur n’ayant pas lu le précédant ouvrage de cet univers (et c’est précisément mon cas).


L’histoire de « The unnamed junkward joe » s’avère être du grand classique, vue et revue bien que sympathique, mais la force du comics ne réside pas là, mais dans le traitement des personnages et devant les magnifiques planches d’un Gary Frank au top de sa forme. Sur certains passages, il m’a fait penser à la série « Shazam » du même duo artistique ; quand je vous dis que l’histoire est du déjà-vu.

Au-delà de ce classicisme sur le plan du scénario, « The unnamed junkward joe » s’attarde sur le traitement des personnages avec une thématique forte : celle du stress post-traumatique et plus globalement le retour à la vie quotidienne des vétérans de guerre. A son retour de la guerre du vietnam, Muddy Davis n’a pas pu réintégrer une véritable vie sociale, préférant s’isoler dans sa maison hors de la ville, hanté par des cauchemars où il revit toutes les atrocités de la guerre.

 Le personnage le plus intéressant reste Joe, le robot. Alors que ce dernier est créé dans le seul but de tuer, au contact de Muddy Davis, il entreprendra le chemin vers une humanisation et deviendra, en fin de compte et paradoxalement, le personnage le plus humain du comics tout en dévoilant sa psychologie sans jamais prononcer une seule parole.


  • Conclusion :

« The unnamed junkward joe » est un hommage émouvant aux vétérans de guerre autour d’une œuvre intimiste mais qui aurait pu véritablement marquer les esprits avec un scénario sortant un peu des carcans habituels.


David.

 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).




bottom of page