top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png
  • Photo du rédacteurThomas

Série : Velvet Tome 1 à 3

Dernière mise à jour : 8 mars



Tome 1 / Tome 2 / Tome 3


 

Tome 1 :


  • Résumé :

L'ARC-7 est une agence d'espionnage située en Angleterre. Un soir de l'année 1973, un de ses hommes, l'agent X-14 est assassiné lors d'une mission à Paris. Rapidement une enquête est lancée par l'agence afin de faire la lumière sur ce qui lui est arrivé ce soir là. Il devient vite évident que seule une personne du service pouvait savoir où le trouver à ce moment là.

Velvet est l'assistante du directeur et voit donc passer l'ensemble des documents liés à l'affaire avant de les transmettre à son supérieur et un détail l'intrigue : une journée de l'agent semble être absente des archives.

Elle connaissait très bien l'agent X-14, alors elle décide de mener sa propre enquête mais cette décision va la mener à sa perte puisqu'elle aussi se retrouve piégée...

  • Critique :

A force d'entendre parler de cette série, il fallait bien que je me lance et j'ai finalement profité d'une occasion pour me procurer ce tome 1.

Ed. Brubaker est le roi incontesté du polar en comics et cette réputation est très largement méritée étant donné la qualité de ses récits (voir Fondu au noir et Kill or be killed entre autres). Le récit se passe donc dans les années 70, une période faste pour l'espionnage notamment grâce à la Guerre froide (1947 - 1991) mais dont il n'est pas fait mention dans ce comics. L'ambiance générale est une sorte de mélange entre un James Bond et un Jason Bourne grâce à l'espionnage, les gadgets et à l'aspect chasse à l'homme et c'est clairement pas pour me déplaire ! Les personnages sont très charismatiques, surtout Velvet avec la part de mystère qui l'entoure puisqu'au final, à part le fait qu'elle ait été agent de terrain par le passé avant de devenir l'assistante du directeur suite à une mission compliquée.

Le lecteur est très vite plongé dans le feu d'action puisque celle ci est présente dès l'introduction, ce qui assure un certain dynamisme à ce titre. L'intriguue, elle, est assez prenante et propose un cliffhanger plutôt intriguant qui promet un bon moment pour le tome 2.

Niveau dessin, une fois n'est pas coutume, Ed. Brubaker n'est pas aux côtés de Sean Phillips mais par Steve Epting qui nous offre des planches absolument sublimes et offrant une très belle ambiance à ce récit. Clairement, si james bond était une femme j'aimerais qu'elle ressemble à Velvet !

  • Conclusion :

Ce premier volume de Velvet est très convaincant et donne très clairement envie de continuer et d'en savoir plus sur ce personnage énigmatique qu'est velvet. Je conseille à tous ceux qui aiment les récit d'espionnage à la sauce seventies !

Thomas.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






 

Tome 2 :


  • Résumé :

Velvet Templeton continue de fuir l’Arc-7 qui semble l’avoir trahi. Elle décide de brouiller les pistes en éparpillant de nombreuses pistes que ses anciens collègues iront suivre lui laissant alors le champ libre pour retourner à Londres trouver des réponses. Elle provoque l’évasion de Damian Lake, un ancien de l’agence qui pourrait avoir des informations cruciales, mais évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

  • Critique :

Ed Brubaker continue de développer son récit d’espionnage en poussant Velvet à se rendre à nouveau à Londres et à se jeter dans la gueule du loup. Le personnage est perdu et ne sait plus tellement à qui elle peut faire confiance ce qui la pousse à être prudente. Malheureusement elle ne le sera pas assez puisque l’une de ses actions va se retourner contre elle et la mettre dans une situation plus que délicate.

Très franchement je prends un plaisir fou à lire ce récit. En effet il me rappelle assez logiquement les James Bond mais apporte quelque chose de différent. A la longue, James Bond et ce qu’il représente est un petit peu devenu cliché (attention je ne critique pas, je suis fan) et voir une femme dans ce rôle habituellement réservé aux hommes est très intéressant et très bien développé. A deux reprises on suit deux agents la poursuivant et à chaque fois ils avouent ne pas avoir soupçonné de tels talents chez cette femme qu’il pensaient être une secrétaire on ne peu plus normale qu’il leur est impossible de ne pas essayer de séduire. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la donne change totalement. Ça contre balance très bien avec les femmes cantonnées aux rôles de James Bond girls tout justes bonnes à écarter les cuisses dès qu’elles le voient.

Ici on a droit à une femme très forte, intelligente, très bonne combattante ayant une très forte confiance en elle. Mais elle ne manque pas de défauts puisque c’est aussi cette grande confiance qui va la mettre en danger.

Ce récit est vraiment un modèle du genre et il me tarde de découvrir le dénouement et de savoir qui a bien pu la trahir à ce point.

Au dessin c’est encore une fois Steve Epting qui s’y colle et une fois de plus son travail est extrêmement agréable à regarder. Son coup de crayon apporte une véritable ambiance à ce titre. J’aime particulièrement les jeux d’ombre qu’il nous propose et qui donne une véritable impression de gravité à cette série.

  • Conclusion :

Ce second tome enfonce le clou et conforte cette série comme un incontournable d'Ed Brubaker ! Velvet a la lourde tâche d'évoluer dans le genre "Espionnage" avec une femme comme protagoniste principal et relève ce défis avec brio.

Thomas.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).





 

Tome 3 :


  • Résumé :

L’heure n’est plus à la fuite, Velvet compte bien inverser la tendance et prendre l’avantage dans cette complexe partie d’échec. Riche d’un plan complexe à exécuter elle retourne aux états unis pour en finir mais parfois, aussi perfectionné soit-il, un plan ne se passe pas toujours comme prévu. Les découvertes qu’elle va faire vont êtres déterminantes pour son avenir.


  • Critique :

Me voilà enfin au dernier tome de velvet, une série que j’ai particulièrement aimé. Malheureusement les séries de Ed Brubaker ne sont jamais très longues mais même si on aimerait qu’elles durent deux ou trois tomes de plus, elle ont l’avantage de ne pas s’essouffler et de rester qualitatives jusqu’au bout.

La trame de fond sera restée bien mystérieuse et ne vous attendez pas à la découvrir dès le premier chapitre, il faudra attendre la toute fin du tome pour enfin tout savoir et croyez moi, ça vaut le coup d’attendre ! Pendant la quasi totalité de la série on suit avec intérêt l’évolution de la situation sans jamais savoir dans quelle direction nous sommes emmenés. Le fait est que la conclusion donne dans l’historique et le scandaleux, je n’en dirais pas plus pour vous laisser la joie de la surprise mais croyez moi, j’étais sur le cul en découvrant le pot aux roses.

La fin d’ailleurs reste relativement ouverte et laisse espérer de prochaines aventures pour l’héroïne et sachant qu’une seconde série Criminal est en cours, on peut rêver !

Cette saga est tellement bien orchestrée rythmée et graphique que je pense qu’elle pourrait faire une trilogie particulièrement haletante au cinéma. Il y a quelques temps j’aurais refoulé l’idée d’une série à cause du faible nombre de tomes mais après avoir vu ce que Netflix a fait avec Umbrella Academy avec ses deux petits tomes …

Il y’en a marre de toujours voir des hommes dans le rôle de l’agent secret victime de complots et voir une femme prendre la place sans jamais être sexualisée est assez rafraichissant. De grands noms du comics sont adaptés et il est temps que les chefs d’oeuvre de Brubaker le soient aussi !


  • Conclusion :

ED Brubaker a frappé fort avec cette série qui garde son attrait, son rythme et son suspense jusqu’à la fin. Si vous aimez les Thriller et que vous n’avez pas encore découvert une de ses oeuvres alors c’est une faute grave qu’il faut corriger de ce pas (Hein Maéva !?) !


Thomas.


 

Commandez vos comics chez notre partenaire en cliquant sur la bannière ci-dessous (Lien affilié : voir rubrique "Soutenir le blog").

 Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).






Comments


bottom of page