top of page
Fabrication fonds couleur (3).png
Bulles indées (1).png
Copie de Copie de Avatar Thomas.png
Copie de Copie de Avatar Thomas (4).png
Copie de Bannières.png

Batman 1989 volume 1

Dernière mise à jour : 20 mars




  • Résumé :

L’année 1989 marque une année bien difficile pour notre chevalier noir ; en effet, il doit faire face à la perte de Jason Todd suite au récit « un deuil dans la famille » de Jim Starlin. 1989 marque également l’arrivée en salle de Batman avec l’adaptation de Tim Burton qui fera entrer le justicier dans la pop culture et dont l’adaptation en comics est présente dans ce volume.


  • Critique :

J’ai passé le pas et j’ai lu mon tout premier Chronicles, bien que mes JSA Chronicles soient toujours en attente de lecture dans ma bibliothèque depuis des mois. Je dois dire que c’était une sacrée expérience avec une plongée en 1989 fortement aidée par le travail éditorial d’Urban avec la présence des courriers des lecteurs et articles divers. Cela permet de contextualiser les épisodes dans leur époque et de découvrir les réactions des fans face aux choix scénaristiques. Le travail sur la collection est vraiment formidable et je suis tombé sous le charme même si je dois avouer que la fragilité de l’ouvrage fait peur ; je suis allé en librairie choisir le mien et sur 5 exemplaires, seulement un seul était en bon état au niveau de la reliure.


Batman chronicles 1989 volume 1 contient Batman #430-439 + Batman annual #13 + Batman : the official comic adaptation #1


Les épisodes de la série Batman prennent place après la mort de Jason Todd, le second Robin, et montrent les conséquences de ce funeste évènement sur la psyché du chevalier noir. Il y a beaucoup de non-dits qui marquent la culpabilité de Batman ainsi que le deuil qui pèsent sur ses épaules. Le chevalier noir a besoin d’une personne à ses côtés afin de canaliser sa rage : ici nous sommes face à un Batman sans plus aucune limite, fonçant tête baissée, un Batman dangereux pour les personnes en face de lui mais aussi pour lui-même. Les épisodes contenus dans le volume sont plus tournés vers de l’enquête que vers l’action avec des antagonistes qui sont des criminels et non des super-vilains ; cela change du Batman actuel, revenant aux origines du personnage (c’est le plus grand détective du monde après tout) et donne des histoires plus « street-level » que j’apprécie bien plus.


Certains épisodes sont indépendants tandis que d’autres forment des arcs complets comme « The many deaths of the Batman » et « Batman : Year Three ». Dans le rang des épisodes indépendants, je souligne le #430 qui ouvre le recueil et qui est juste exceptionnel en proposant un récit qui s’ancre dans la réalité tout en restant simple et en étant une bonne porte d’entrée pour un nouveau lecteur qui souhaite découvrir le personnage.


Les dessins de Jim Aparo ont un charme old-school agréable à regarder contrairement à certains dessins que l’on pourra retrouver plus loin dans le volume, notamment ceux de Pat Broderick où l’on retrouve des personnages dans des positions étranges ou des dessins que je trouve tout simplement ratés comme le Dick Grayson de la page 216 par exemple.


L’arc « The many deaths of the Batman » propose une entrée en matière avec des policiers trouvant un Batman en piteux état. L’épisode est entièrement muet avec juste une réplique de Gordon « Sortez » mais John Byrne arrive quand même à décrire les sentiments, les pensées des personnages grâce aux dessins de Jim Aparo. Le scénario est très bien mené et parvient également à faire un peu plus la lumière sur le passé de Bruce Wayne.


« Batman : Year Three » est un arc narratif revisitant les origines de Dick Grayson ; le titre est simplement là pour surfer sur le succès de « Batman : Year One ». L’histoire tourne autour de Zucco, le meurtrier des parents de Dick Grayson qui est sur le point de sortir libre tout en ayant l’ascendant sur les autres criminels grâce à un carnet contenant des informations pour les mettre à l’ombre définitivement.


L’ouvrage se conclut enfin par « Batman : the official comic adaptation #1 » qui est clairement le maillon faible de ce comics : il y a de gros problèmes de rythme si bien que, étant un fan de l’œuvre de Burton, je me suis tout simplement ennuyé lors de la lecture. Je l’ai toutefois fini intégralement pour le bien de cette critique sinon, en toute honnêteté, j’aurais abandonné en cours de cet épisode.


  • Conclusion :

 Première approche de la collection Chronicles et je suis sous le charme : agréable à la lecture grâce à sa couverture souple, le livre a parfaitement sa place dans la bibliothèque de tout fan de notre cher chevalier noir qui désire plonger dans l’histoire éditoriale du personnage. Il faudra toutefois faire attention à l’état de son ouvrage en le choisissant si vous êtes un lecteur maniaque comme moi.


David.

 

Pour bénéficier de Bubble Infinity offert pendant un mois, entrez le code INDEESLESBULLES lors de votre commande (valable une fois par personne même si vous avez déjà Infinity).








Comments


bottom of page